Société » Education »

Education


L'enseignement malien dérive sur un fleuve de savoir asséché

Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

A 240 km de Bamako, Segou, petite ville malienne sur la route de Mopti.  Un avre de paix où la douceur de vivre glisse sur votre peau comme la perche du piroguier caresse l’eau. Mémé Coulibaly, 52 ans, directeur d’école nous ouvre les portes de son école primaire Brehima Oulé dans le quartier de Pelingana Sud.

(crédit Photo: Nadjib SELLALI)

Nadjib SELLALI : Combien d’élèves y a-t-il ici ?

Mémé Coulibaly : (Il esquisse un sourire) 551 élèves, il y a 247 filles pour 304 garçons, nous avons 6 classes de 70 à 100 élèves. Pour chaque classe de niveau nous avons deux maîtres en double vacation, c'est-à-dire que l’un assure les cours durant la matinée et l’autre l’après midi. Avec une équipe pédagogique qui a entre 28 et 58 ans.

 

N.S : D’où viennent les financements de votre école ?

Introduire l'arabe à l'école : les danois l'ont fait, pourquoi pas nous ?

Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Rentrée 2009, La Mairie de Copenhague veut introduire l’arabe comme deuxième langue étrangère après l’anglais au même titre que l’anglais, l’allemand ou le français. La France est loin de partager cette initiative, résultat les mosquées se chargent de cet apprentissage. Abdelaziz et Houria sont parents de quatre fils. Leur petit dernier, Yanis âgé de 10 ans, apprend l’arabe à la mosquée de Goussainville (95) faute d’enseignement de la matière dans son école...

 Nadjib SELLALI : Vous avez un  enfant de 10 ans, pourquoi est-il important pour vous qu'il apprenne l’arabe ?

Abdelaziz : Même si nous utilisons majoritairement  le français à la maison, l’arabe reste sa langue familiale et en plus comme tout autre apprentissage linguistique il peut s’en servir quand il va dans les pays du Maghreb en général. Et l’on ne peut pas nier que c’est une richesse.

INTERVIEW : Philippe Meirieu.Meirieu s’en va-t-en guerre contre l’échec scolaire !

Jeudi, 17 Décembre, 2009
Logo

Spécialiste de la pédagogie, Professeur des universités en Sciences de l'éducation, consacré à l'histoire et à l'actualité de la pédagogie, Phillipe Meirieu porte l’échec scolaire en ligne de mire…

Nadjib SELLALI : Phillipe Mérieu, c’est quoi l’échec scolaire ?

Regard des lycéens de la FIDL

Jeudi, 17 Décembre, 2009
Logo

Regard sur l’Education avec les lycéens de la Fédération Indépendante Démocratique Lycéenne, le syndicat lycéen.


Depuis maintenant plusieurs années, vous vous êtes mobilisés contre les réformes du gouvernement touchant à l’éducation. En cette rentrée, avez-vous le sentiment que la situation avance ?

Charlotte : Pour avoir été à la sortie des lycées distribuer des tracts, il y a à la fois une révolte, une colère mais en même temps, beaucoup de fatalisme. Les lycéens ne comprennent pas pourquoi ils sont si peu écoutés, alors qu’il demeure les principaux bénéficiaires des réformes.

 

L’accès à la culture : un droit pour tous

Jeudi, 17 Décembre, 2009
Logo

Anna Angeli est adjointe à la mairie du Pré-Saint-Gervais, ville de Seine-Saint-Denis à la frontière parisienne, en charge de l’Education et du Périscolaire. Elle veut faire des établissements scolaires de la ville, des établissements numériques. Interview.

(source image:enapprentissage.com)

 

Comment est né le projet ?

Ouagadougou, symbole du chaos universitaire ouest africain

Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Chaque jour qui passe voit l’université de Ouagadougou sombrer un peu plus dans la léthargie. Depuis des années déjà. On est bien loin de l’espoir d’en sortir. Succession d’incompétences, de manque de sagesse ou de mauvaise volonté, notre institution universitaire est désormais sur ses fesses…dans la boue.

L’état de santé de l’université de Ouagadougou s’est considérablement dégradé un certain 17 juin 2008 au matin. Ce jour là, face à une marche d’étudiants des UFR SEA (Sciences Exactes Appliquées) et SVT (Sciences de la Vie et de la Terre), il leur fut opposé un dialogue atypique : gaz lacrymogènes, balles blanches et réelles, courses poursuites et débandade totale dans tout le campus. La conséquence de ce choix du raccourci de la violence fut la fermeture de l’université, le déguerpissement des locataires de cités U et la fermeture de tous les restaurants universitaires.

RASED supprimés = Non-assistance à enfance en danger ?

Jeudi, 17 Décembre, 2009
Logo

Signez le texte de soutien aux enseignants du primaire en résistance et faites signer autour de vous sur : http://www.resistancepedagogique.org

J'exerce dans un RASED (Réseau d'Aides Spécialisées aux Elèves en difficulté). Un RASED est un dispositif de l'Education Nationale créé en 1990 qui a deux missions pour lutter contre l'échec scolaire : la prévention et la remédiation des difficultés scolaires à l'école primaire. Les RASED ont remplacé les GAPP (Groupes d'Aides Psycho Pédagogiques) qui existaient depuis 1970 mais seulement sur quelques écoles "difficiles" urbaines. En 90, on a donc décidé d'implanter des RASED sur tout le territoire français pour que toutes les écoles puissent faire appel à eux.

Police partout, profs nulle part

Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Ecole de la République, pays des Droits de l’Homme et des Libertés, lycée émancipateur, éducation populaire, prévention… C’est le lycée dont nous rêvions, celui que nous voulions construire ensemble mais Darcos & Co sont passés par là.

(source photo: Nice Matin)

Le lycée de Sarkozy n’a pas grand-chose avoir avec ce que nous imaginions : portiques, interventions policières dans les lycées, ghettoïsation, échec scolaire, enseignement à deux vitesses,  compétition entre les lycées, violences scolaires utilisées à des fins sécuritaires et politiciennes… La liste est longue. Si le gouvernement pense que c’est avec bâtons, stigmatisations, boucs-émissaires, le tout sécuritaire, qu’il va éduquer, émanciper et former la jeunesse de notre pays, il se trompe.

L’école : l’avis des lycéens.

Samedi, 28 Février, 2009
Logo

Classes surchargées, carte scolaire supprimée, profs non remplacés : que pensent les lycéens de l’école ? Loubna Meliane a poursuivi la discussion avec Mohamed, 18 ans, d’Aubervilliers et Lucas, 16 ans, du Ivéme arrondissement de Paris en sortant d’une projection d’ Entre les murs.


C’est quoi la journée type d’un lycéen ?

EVOLUTION DES ZEP

Jeudi, 17 Décembre, 2009
Logo

Quelques chiffres repères... (source photo: Sud education)

1982 : Création de 363 ZEP et de 11625 emplois.

1990 : 557 établissements sont pris en compte dans la toute nouvelle politique de la ville.

1997 : 563 établissements et rappel des objectifs pédagogiques et l’obligation de  pilotage.

1999 : 869 établissements deviennent Réseaux d’Éducation Prioritaire (REP).

2003 : 911 établissements.

2006 : Création de 3 niveaux d’éducation prioritaire :