Corinne Lepage répond aux 10 propositions pour faire de l'égalité une réalité de la Fédération Nationale des Maisons des Potes


Mercredi, 7 Décembre, 2011
Logo

Corinne Lepage, candidate de CAP21 à l'élection présidentielle de 2012 répond aux 10 propositions pour faire de l'égalité une réalité de la Fédération Nationale des Maisons des Potes. Retrouvez ci dessous la retranscription de son interview.

Régularisons les travailleurs sans-papiers

 Si il s’agit de tous les sans papiers, très franchement c’est totalement démagogique et irresponsable. Si il s’agit en revanche de régulariser les personnes qui travaillent depuis de nombreuses années sur notre territoire dans des entreprises qui ne les déclarent pas, oui. Et ça a été la bataille des associations de soutien auprès des préfectures.

 

Rajoutons 30% de professeurs en plus dans les ZEP

Il est évidemment indispensable de renforcer le corps professoral dans les zones d’éducation prioritaire puisque c’est là où les enfants ont le plus besoin d’avoir un soutien scolaire. Ceci étant, sur le nombre, il faut voir, je ne sais pas. Mais de toute façon cette question là doit rejoindre le débat public beaucoup plus général sur l’école. Quelles sont ses missions et ses limites ? Comment s’inscrit-on dans une dynamique des acteurs publics, que ce soient les enseignants, les loisirs, l’accompagnement ? Et quelles sont les conditions techniques, financières, liberté d’innovation pour permettre à l’école d’arriver à une égalité réelle des chances des enfants.

 

Anonymisons les candidatures aux logements HLM

Oui, mais les problèmes sont certainement en amont. Ils sont dans la manière dont nous avons conçu notre urbanisation, dans l’absence d’équilibre, l’absence de mixité sociale, et dans les tensions extrêmement fortes entre l’offre et la demande. Et bien sur, dans ce domaine comme dans d’autres il y a des questions de déontologie qu’il faut mettre à plat.

 

Formation professionnelle des jeunes dans les quartiers.

On ne peut pas dire que les entreprises ne s’impliquent pas, mais c’est vraiment homéopathique. Donc il faut le faire bien plus, avec une remise à plat de la collecte de la participation des employeurs à la formation professionnelle, pour effectivement avoir un ciblage, et puis peut être des clauses dans les appels d’offre des marchés publics.

 

Titulariser 100 000 éducateurs et financer les associations avec 10% des taxes sur les jeux de hasard.

Le mode de financement, pourquoi pas. En ce qui concerne la pérennisation du secteur, il faut distinguer ce qui est public de ce qui est associatif. Sur le secteur public, je ne suis pas pour qu’il y ait des règles à part. La titularisation doit se faire dans les mêmes conditions que les autres personnels concernés. Pour le secteur public, je pense qu’il faudrait d’avantage de conventionnement des structures avec des engagements de projets et de financements qui vont avec. Remettre à plat la mission de la CAF et des conseils généraux pour permettre le financement à la hauteur des besoins. Et puis probablement construire les conditions d’un réel statut des professions de l’éducation et de l’animation sociale avec les partenaires syndicaux en particulier.

 

10% de la redevance TV pour la création culturelle et audiovisuelle dans les quartiers.

Oui ! Sans limitation !

 

Ouvrons les emplois publics aux étrangers sans discrimination.

Moi, je suis pour ouvrir à tout le monde sans aucune discrimination, y compris par rapport aux français qui parfois sont discriminés eux mêmes.

 

Construisons des centres d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violence dans les villes et agglomérations de plus de 30 000 habitants.

C’est essentiel. Les violences faites aux femmes sont un cancer qui ronge la société française. Il est fondamental qu’elles puissent avoir des structures d’accueil.

 

Doublons le montant de l’aide juridictionnelle.

Etant de profession avocate, on va me dire que je suis juge et partie, donc peut-être aurais-je des difficultés à répondre à la question. L’aide juridictionnelle est quelque chose de fondamental puisqu’il faut que chacun puisse avoir accès au juge.

 

Enseignons la laïcité à l’école.

C’est fondamental. C’est une des valeurs pilier de la société française. La laïcité doit être enseignée à tous les niveaux, que ce soit à l’école, au collège, au lycée, ou plus tard, dans la vie de tous nos concitoyens !

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.