Police partout, profs nulle part


Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Ecole de la République, pays des Droits de l’Homme et des Libertés, lycée émancipateur, éducation populaire, prévention… C’est le lycée dont nous rêvions, celui que nous voulions construire ensemble mais Darcos & Co sont passés par là.

(source photo: Nice Matin)

Le lycée de Sarkozy n’a pas grand-chose avoir avec ce que nous imaginions : portiques, interventions policières dans les lycées, ghettoïsation, échec scolaire, enseignement à deux vitesses,  compétition entre les lycées, violences scolaires utilisées à des fins sécuritaires et politiciennes… La liste est longue. Si le gouvernement pense que c’est avec bâtons, stigmatisations, boucs-émissaires, le tout sécuritaire, qu’il va éduquer, émanciper et former la jeunesse de notre pays, il se trompe.

Alors comment faire ? Nous ne pensons pas que la police doit avoir pour rôle d’éduquer la jeunesse mais de faire respecter la loi. L’éducation passe donc par des professionnels, compétents dans la construction d’un lycée porteur des valeurs républicaines et du vivre ensemble. L’embauche massive d’animateurs socioculturels, d’éducateurs, d’assistantes sociales, de médiateurs, d’infirmières mais surtout de professeurs apporterait des réponses à la violence. C’est en donnant des moyens aux lycéens pour construire des projets, faire vivre leurs lycées, briser les peurs et leur ignorance que nous résorberons tous ensemble la violence dans les lycées. Le vivre ensemble passe d’abord par une responsabilisation de chacun et non la mise en place de politiques moralisatrices et

répréssives. Nous ne nions pas la nécessité de la sanction mais celle-ci doit être purement constructive et certainement pas destructrice, celle-ci doit permettre aux lycéens de se construire. La république se doit de réinvestir les lycées afin de donner la possibilité à chacun de construire ensemble un projet de société tout en respectant leur intégrité.

Nous nous étonnons que le gouvernement puisse mettre de lourds moyens dans la création de GIGN scolaire mais pas dans le financement de projets lycéens qui seraient, sans aucun doute, plus efficaces et moins couteux. Néanmoins la FIDL, le syndicat lycéen a rédigé, avec la participation de Xavier Darcos, un manuel contre la violence. Celui-ci permettra, en attendant une vraie politique de prévention, d’informer les lycéens. C’est pour le moment, le seul point de convergence que nous avons trouvé entre nous et le gouvernement.

 

Pour plus d’information rendez vous sur le site de la FIDL www.fidl.org, des tas d’infos sympas et constructives y sont ! A bientôt dans vos lycées et sur le pavé…

 

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.