Culture »

Culture


Culture et communication , un ministère amer ?

Mardi, 19 Mars, 2013
Logo
Erwan Ruty nous livre son analyse sans concession du traitement réservé aux journalistes et aux journaux des quartiers. Et plus largement sur la presse écrite.

 
Dans ces quartiers-là, on sait que les gens qui travaillent sur les contenus culturels et médiatiques, quand ils organisent un blog, des ateliers vidéos ou un journal local…Et bien ils sont soutenus par l'argent de la politique de la ville ou du ministère de la jeunesse. Mais pas par le ministère de la culture et de la communication. C’est un problème.  

Sortir des archétypes

Mardi, 19 Mars, 2013
Logo

Laurence Lascary nous livre son expérience de productrice et propose des pistes pour faire bouger les choses.

Je dirai que la ligne éditoriale et l’ambition de, « De l’Autre Côté du Périph’ » est de proposer des programmes avec des populations sous et mal représentées à l’écran.  Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire deux choses. Que d’une part, j’ai fait le choix naturel de travailler avec des personnes qui sont peut-être plus éloignées de l’industrie audiovisuelle et cinématographique, car pas forcément avec les bons réseaux.

Parler la langue des images

Mardi, 19 Mars, 2013
Logo
Carolina Maciel de França est spécialiste en sémiologie et en observation des médias. Elle réagit à la proposition Culture-Médias.

 

On est encore là

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

(…)

« On nous censure parce que notre culture est trop basanée
Qu'on représente pas assez la France du passé
C'est carré, on veut nous stopper
Ça allait tant qu'on rappait dans les MJC
Mais aujourd'hui le phénomène a grandi, Dieu merci !
Je remercie les jeunes qui rappent sans merci
Et puis nique sa mère si, on ne passe pas dans leurs radios
On f'ra le tour, c'est pas grave
Le plus dur c'était de sortir d'la cave… »

(…)

 

Ce titre est extrait de l'album de NTM – Le Clash

Année de sortie : 2001  |  Label : Sony

Culture

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

« Amy sous crack, Britney la boule à Z,
Laure le boule à l'air, à l'aise, comme Paris t'as vu la scène ?
J'ai la pupille carrée, les yeux injectés de sang
A force de fixer l'écran dans l'écran. »

 

 

Hocus Pocus, Beautiful Loosers tiré de l’album16 pièces, Mercury Records, 2010.

 

 

Crédit photo : styeb

BROTHER YACIN’ ou le Ragga arbi au service de la tolérance

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

Brother Yacin’ chante le ragga arbi, mélange de ragga et de musique orientale. Ce musicien au sourire en croissant de lune chante la paix et la tolérance comme un soleil radieux. Auprès d’une dizaine d’autres artistes engagés qui participent au concept album à venir très bientôt Faire de l’Egalité une Réalité (défendant les 10 propositions de la Fédé…), Brother Yacin’ est ici le premier de ces prestigieux chanteurs à évoquer pourquoi il s’est engagé dans ce projet social et musical qui fait écho à son combat contre la discrimination et pour l’égalité.

« Mes motivations pour ce projet tiennent d’une part à la pertinence des dix propositions qui sont une résonnance à ce que nous vivons au quotidien, les difficultés que nous rencontrons et qui nous concernent tous au-delà de nos origines ou de nos convictions. Nous sommes tous confrontés au moins une fois dans notre vie à l’injustice, la discrimination ou encore l’insécurité pour ne citer que ces trois-là. Ces propositions s’adressent à tous et pas seulement à une communauté et cela nous rassemble et nous éloigne de la division.

 

Fiction : Hope et rationnel

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

Avoir 20 ans dans la Cité de l’Espoir c’est comme être dans une impasse, un cul de sac : c’est sans issue.

Tenter de produire son premier documentaire sur la Cité de l’Espoir, quand on habite dans la Cité de l’Espoir, quand on rit, pleure, et crie dans la Cité de l’Espoir, c’est comme un amour entre la plus jolie fille du lycée et le cancre du fond de la classe : c’est impossible.

 

Rachid Santaki pour une culture 2.0

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

L’écrivain Rachid Santaki, marketeur de terrain qui ne tient pas en place est aussi auteur sur ce qu’il connait le mieux, les quartiers. Dans ses livres, il milite pour la reconnaissance d’une culture et d’un langage. C’est pourquoi la proposition culture lui parle.

 

L’art de Rachid Santaki s’exprime par ses écrits. Touche à tout, il a notamment été directeur d’édition, journaliste ou collaborateur avec des maisons de production. Il s’est dorénavant mis à écrire avec notamment « les Anges s’habillent en caillera » ou « Des chiffres et des litres ». Une troisième devrait sortir dans le courant de l’année.

 

Doudou Masta : Un héraut* très discret

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

Doucement mais sûrement, le rappeur Doudou Masta poursuit un parcours artistique avec la sérénité comme bâton de pèlerin, et la mémoire comme bagage. Prêtant sa voix aux plus grosses productions cinématographiques, Doudou Masta est devenu en cours de route un acteur confirmé, qui sait s’engager. Discrètement…

Mémoire d’éléphant ? « Mieux vaut savoir ce que l’on était, et ce que l’on est, pour savoir ce que l’on va devenir. » D’hier à demain, Doudou Masta fait partie de ces créatifs qui savent faire de leur présent, un cadeau éternel. Voilà un combattant qui a su construire un chemin où la qualité et la persévérance sont devenues ses marques de fabrique. Mais au milieu de cette jungle médiatique, comment s’engage-t-on dans le domaine culturel ?

 

ESTHéSIE ou la Révolution intérieure

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

L’excellent collectif de Rap Esthésie, par la voix de son porte-parole, jette ici les bases d’une révolution intérieure. De la fin de l’URSS aux Indignés en passant par les Anonymous, Eli Akeen oppose à la désespérance du consumérisme capitaliste l’amour comme alternative, et une révolte spirituelle que l’on peut retrouver dans 1984, le dernier opus du groupe, qui fait la part belle à l’Utopie.

 

Avec la chute de l’URSS en 1991, beaucoup de penseurs ont annoncé la fin des grandes idéologies. C’était l’effondrement d’un système répressif, qui par déception a accompagné l’effondrement des utopies, des « grandes idées ». C’était aussi la fin d’un système alternatif, d’une contre pensée. Le capitalisme en a profité pour étendre ses tentacules, et la nouvelle alternative se cantonne désormais essentiellement à l’esprit.