Fiction : Hope et rationnel


Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

Avoir 20 ans dans la Cité de l’Espoir c’est comme être dans une impasse, un cul de sac : c’est sans issue.

Tenter de produire son premier documentaire sur la Cité de l’Espoir, quand on habite dans la Cité de l’Espoir, quand on rit, pleure, et crie dans la Cité de l’Espoir, c’est comme un amour entre la plus jolie fille du lycée et le cancre du fond de la classe : c’est impossible.

 

Et pourtant je l’ai fait. J’ai eu vingt ans dans la Cité de l’Espoir. J’ai produit mon premier documentaire dans la Cité de l’Espoir. Maman m’a donné presque toutes ses économies, et Nadia, ma grande sœur a trimé avec moi comme une dingue pour réunir assez de thunes. Mais ça y est, je l’ai, on l’a fait. J’ai produit et réalisé mon premier documentaire. Le titre ? Croire en l’Espoir.

 

Mais ce film, c’est pas un simple documentaire coup de poing sur la cité, c’est pas un de ces documentaires qui nous fait passer pour des chiens prêts à attaquer au moindre regard déplacé. Ce documentaire je voulais qu’il soit différent, un truc vivant, qui montre la joie, l’envie de réussir, qui montre les jeunes face à leurs rêves, face à leur attentes, comme n’importe quel jeune, enfin presque…

 

Quelques DVD en poche, j’ai tenté des concours mais on me disait toujours la même chose : « trop lisse, trop simple, où est la rage dans votre film ? » Mais y’a pas de rage les gars ! Lâchez-nous avec cette rage ! Je voulais tout montrer sauf la rage dans ce documentaire. Je voulais montrer autre chose. Si c’était la rage qu’ils voulaient, il fallait cash appeler cette cité la Cité de la Rage ! Ou la Cité de la Loose ! Je sais ce qu’ils veulent ! Ils veulent juste se comparer à des gens qu’ils croient en train de sombrer, pour se sentir heureux du peu qu’ils ont. Ca fait chier !

 

Bon alors comme les concours ne voulaient pas de moi, je suis directement allé voir les chaînes, genre Arte, France 5, France 3… Je me disais que peut-être eux comprendraient le délire ! Pfff même pas ! Mais qu’est-ce qu’ils veulent putain ?! Qu’est-ce qu’ils veulent de nous ? Du feu ? Du sang ? Pourquoi ? Laissez-nous espérer, laissez-nous rêver, merde !

 

Arte : « Pas assez torturé… »

 

France 5 : « Pas assez glauque… »

 

France 3 : « Pas assez triste !... »

 

Torturé, glauque, triste ! Ils veulent des suicidaires ou quoi ?!

 

Je dois faire passer ce documentaire, toute la cité est derrière moi. Ma mère, ma sœur…Mais est-ce que moi, Karim BenHilal, 20 ans, je peux croire qu’un jour quelque chose que j’aurais créé, de mes mains puisse passer à la télé ? Tu rêves gars ! Faut que j’arrête d’y croire … Il faut que je me réveille…

 

-          Réveille-toi Karim… Karim, c’est l’heure !

-          Vas y Nadia, laisse-moi dormir !

-          C’est l’heure !

 

Difficilement, Karim émerge…

 

-          Putain j’ai fait un rêve ! Laisse tomber !

-          Raconte !

-          J’avais réalisé un documentaire, et je faisais tout pour le diffuser à la télé !

-          Ah ! Tu délires frérot ! Enfin je veux dire… C’est pas pour nous tout ça…

-          Ouais je sais…

-          Y’a rien pour nous à la télé.

-          Mais on pourrait leur montrer autre chose !

-          Leur montrer quoi ?

-          Je sais pas… autre chose…

 

 

Les premiers rayons du soleil transpercent les fenêtres de la chambre de Karim alors que les mots de Nadia venaient de transpercer son cœur. Elle venait de le mettre face à la réalité. Face à leur réalité.  

 

Karim se lève. Il part travailler.

 

En rentrant chez lui, il s’arrête devant une vieille boutique d’électronique…

 

-          Bonjour, monsieur… euh, vous vendez des caméras ?...

 

Ava Peck

 

Crédit photo : Ava Peck, écrivain, chanteuse, auteure-compositeure © Christine Chalier

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.