régularisation »

régularisation


Régularisation des travailleurs sans papiers : le combat continu !

Vendredi, 17 Juin, 2016
Logo

Sissoko Anzoumane porte-parole du collectif des sans-papiers 75 s’exprime sur la régularisation par le travail des étrangers. Les démarches pour obtenir un titre de séjour sont  encore très longues et difficiles en France  mettant souvent  les sans-papier dans une situation de précarité extrême.

Pendant  les années 60  les étrangers  venaient avec une carte d’identité de leur pays et pouvaient travailler sans carte de séjour. Tout à changer en 1974 avec l’apparition du système de titre de séjour. Dans les années 1996 le mouvement des sans-papiers est né. Il fallait à cette époque attendre l’examen de son dossier de régularisation pendant très longtemps pour avoir une réponse. Entre 1996 et 1998 la gauche a émis l’idée d’obliger la présence de 10 ans sur le territoire français pour demander la naturalisation car il y avait beaucoup de demande.

La régularisation massive

Vendredi, 17 Juin, 2016
Logo

Sabrina Alaouchiche responsable du réseau  européen “united for equality” réclame une régularisation massive des travailleurs sans-papiers ce qui améliorerait considérablement leurs conditions de vie.

 

Espagne : un pas en arrière après les régularisations

Lundi, 16 Septembre, 2013
Logo

En 2005, l’Espagne et plus précisément le gouvernement de Zapatero met en place la cinquième (depuis 1991) et la plus importante des régularisations massives. Ce processus a permis la régularisation d’environ 700 000 travailleurs clandestins.


Les candidats à cette régularisation devaient être recensés dans une municipalité espagnole 6 mois avant celle-ci, disposer d’un contrat de travail d’une durée supérieure à 6 mois et ne pas avoir de casier judiciaire ni en Espagne ni dans le pays d’origine afin d’obtenir un permis de travail.

Espagne : Quid des régularisations ?

Dimanche, 15 Septembre, 2013
Logo

En Espagne, en 2000, une première régularisation avait été ouverte. Dans cette première régularisation, les dossiers de 226 570 personnes ont été étudiés et 137 454 ont été approuvés.


La dernière régularisation massive des sans-papiers vivants sur le sol espagnol a été réalisée en mai 2005. Plus de 700 000 demandes ont été déposées, Madrid, la Catalogne et Valence rassemblaient plus de 60 % de ces demandes. Les documents nécessaires pour recourir à la régularisation étaient conformes à la normale : un certificat de recensement qui démontrait qu’il ou elle vivait en Espagne avant août 2004, un contrat de travail et l’absence d’antécédents judiciaires.

Coup de botte sur l’immigration

Jeudi, 12 Septembre, 2013
Logo

Point de chute important de l’immigration clandestine, l’Italie s’est doté de tout un arsenal de lois pour tenter de régulariser ses flux migratoires et transitoires. Youssoupha Thiam, militant à SOS Racisme Italie, évoque des législations qui ne cessent de se durcir au fil des années. 


La loi Turco-Napolitano, qui porte le nom de l’actuel Président de la République, Napolitano (réélu pour sept ans en avril dernier, ndlr) a fusionné plusieurs textes législatifs dont la loi du 6 mars 1998 sur l'immigration et la condition de l'étranger. Intégrée au décret législatif numéro 286 du 25 juillet 1998, et connu sous le nom de « texte unique », cette loi prévoyait la programmation des flux d'entrée pour le travail, pendant de l'immigration clandestine.

Italie : des vagues de régularisation

Jeudi, 12 Septembre, 2013
Logo

Durant les 20 dernières années, les régularisations massives de travailleurs sans papiers ont permis de donner des titres de séjour à des centaines de milliers de clandestins venus apporter leur force de travail pour le développement économique du pays.

L’Italie compte 3 millions d’étrangers sur une population globale de 60 millions. Parmi ceux-ci, 1,5 millions sont installés régulièrement depuis plus de 5 ans. Les immigrés entrés clandestinement ont fait l’objet de plusieurs vagues de régularisation. Ainsi tous les 5 ans, 200 000 travailleurs sans papiers sont régularisés (218 000 en 1990, 234 000 en 1996, 250 000 en 1999 et 700 000 par le gouvernement de Silvio Berlusconi durant les années 2000).

Militer pour les droits des étrangers à Privas

Mercredi, 27 Mars, 2013
Logo

Face à la montée du racisme, le réseau de la Fédération Nationale des Maisons des Potes se mobilise en Ardèche. Pour la régularisation des travailleurs sans papiers et pour le droit de vote des étrangers.

 

A Aubenas, l’équipe de SOS Racisme Ardèche mobilise les jeunes des cités HLM du quartier des Oliviers qui compte 1 380 habitants. Mais c’est à Privas qu’ils ont accueilli une étape du Tour de France de l’Egalité avec une coordination d’associations dont le MRAP et la LDH, autour du soutien aux travailleurs sans papiers.

 

Régulariser : la solution

Lundi, 25 Mars, 2013
Logo

La nécessité d'une lutte internationale.

La régulairsation des travailleurs sans papiers se trouve au coeur du combat anti-raciste. Les quartiers populiares ou sensibles, où vivent la majorité de ces travailleurs, doivent également être au centre des préoccupations. En interpelant les différents partis politiques lors de la campagne présidentielle, certains rétorquaient que notre champs d'action devait se limiter aux quartiers, éludant ainsi la question des sans papiers.

La régularisation italienne

Lundi, 25 Mars, 2013
Logo

Membre de SOS Racisme Italie, Youssoupha Thiam est aussi un invité européen des Universités d’automne de la Fédération. Il évoque la régularisation des immigrés en Italie.

En Italie, le degré de flux est l'acte juridique par lequel le gouvernement détermine chaque année le nombre d'étrangers qui peuvent entrer en Italie pour travailler. En théorie, les employeurs demandent à la préfecture d'employer un étranger résident à l'extérieur. Dans la pratique, la plupart des bénéficiaires sont les sans-papiers qui sont déjà dans le territoire italien et n'ont pas d'autres moyens de se régulariser que les flux.

Régulariser, sur quels critères ?

Lundi, 25 Mars, 2013
Logo

Omar Benfaïd, syndicaliste à la CFDT, prêche la solidarité entre les travailleurs au sein des entreprises et l’abolition du critère de résidence pour la régularisation des travailleurs sans papiers.