Djibo Bakary


Vendredi, 23 Avril, 2010
Logo

Né en 1922 à Soudouré à 12 km de la capitale du Niger, fervent militant apolitique pour la suppression des peines de l’indigénat et du travail forcé aux côtés d’Houphouet Boigny...

Il rejoint en 1946 le Parti Progressiste du Niger et y fut hissé en 1947 à la tête, au poste de secrétaire générale du PPN devenu section territoriale nigérienne du rassemblement démocratique africain (RDA). Ce démarquage rencontra un vif succès populaire. C’est alors qu’il se chargea de restructurer le parti et mit en place de grandes campagnes fédératrices incitant l’adhésion de la population sur la base de grandes tournées dans les sous sections de la RDA comme dans les structures traditionnelles.

La jeunesse n’était pas insensible à sa force de conviction, ce qui ne lui a pas value que des honneurs bien au contraire. Il fut poursuivi en justice pour avoir enrôlé cette force vive dissidente dans les activités du journal Réveil où il collaborait et où la RDA avait ses tribunes...
Conscient de la dimension que pouvait prendre l’engagement des forces militantes qu’il était capable de rassembler autour de ses idées radicales, les forces coloniales firent en sorte de réduire son champ d’action, chaque semaine fut le lot d’arrestations arbitraire, poursuites en justice et autres convocations.
Malgré ces entraves  Djibo Bakary devient représentant officiel de PPN-RDA  au Congrès Interterritorial à Abidjan en janvier 1949.  En 1950, il est au coté de Modibo Keita pour maintenir une pression populaire anticolonialiste en organisant des meetings, des grèves de travailleurs et des boycotts de produits de consommations.
En 1951, il quitte le PPN pour s’occuper des syndicats via l’Union syndicale confédérale du Niger, c’est d’ailleurs dans ce contexte qu’il créa l’UDN (l’Union Démocratique du Niger), dirigée par des syndicalistes. Il rejoindra ensuite le Mouvement des socialistes africains (MSA) en 1956. En 1957, Djibo Bakary fut nommé secrétaire général adjoint du MSA présidé par Lamine Gueye.
Depuis juillet 1958 Djibo Bakary était secrétaire général du Parti du regroupement africain dont il fut le représentant au Congrès de Cotonou où il opta pour une indépendance immédiate avec l’appui de Sekou Touré qui fut connu pour son radicalisme indépendantiste. Ensemble ils créèrent l’UGTAN (Union Générale des Travailleurs Africains) qui avait des positions progressistes, nationalistes et indépendantistes et c’est ensemble qu’ils firent campagne pour le « Non » au référendum de 1958.
Face à quoi, l’administration française au Niger prit ses dispositions pour empêcher cette tendance qu’elle renversa par des barrages de terreur empêchant les populations des campagnes d’aller voter mais aussi, en engageant quelques manipulations frauduleuses. C’est donc  un « Oui » timide qui fut voté et motivé par Hamani Diori alors chef du gouvernement. Suite à ce vote, Djibo Bakary s’exila chez son ami N’Kruma au Ghana galvanisé par le rassemblement qu’il avait su susciter autour de ce scrutin et autour de ses idées. Il fut vice-président du Conseil du gouvernement avant de devenir le président du Conseil de gouvernement du Niger du 26 juillet au 10 octobre 1958. Le 18 décembre 1958, le Niger devient une république autonome au sein de la Communauté. C’est son cousin Hamani Diori qui le remplaça par la suite pour mener le Niger à l'indépendance le 3 aout 1960. Hamani accède alors au poste de chef d’Etat après avoir été élu par l’Assemblée Nationale alors que l’opposition, menée par Djibo Bakary, radicalise ses relations avec la majorité. Soutenu par Kwame Nkruma et Ahmed Sekou Toure, il tenta de prendre le pouvoir par la force mais sans succès et c’est en 1998 que Djibo Bakary, héro de la décolonisation africaine souvent contreversé s’ est éteint.

Nadjib SELLALI

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.