television »

television


Le Sujet Tabou

Lundi, 10 Mars, 2014
Logo

Ils ne veulent plus en parler. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils avaient une petite réticence au début quand on leur a prononcé le mot « ... ». Au lycée Denis Papin, ça été vécu presque comme un traumatisme. « On ne veut plus de ça » répètent l'un après l'autre les professeurs en face de moi.

Ils sont une quinzaine. Il y a une heure que cette réunion a commencé. Mais c'est maintenant que les langues se délient : « L'autre fois, on n'a vraiment pas apprécié ». Ils se sont sentis blessés. Pire : arnaqués ! Depuis « nous sommes un peu méfiants avec les... » m'avoue le proviseur Monsieur Solmy, toujours d'un calme olympien avec moi mais que le sourire en coin dissimule mal la possibilité de la colère.

 

Une mauvaise image produit de l’exclusion sociale

Mercredi, 27 Novembre, 2013
Logo

 

Didier Lapeyronnie considère que le problème de l’image des jeunes est une difficulté majeure des banlieues.

 

Tête de Nègre !

Mardi, 15 Octobre, 2013
Logo

 

En caméra cachée, le documentaire Noir sur Blanc montre une Allemagne violemment raciste.

Le fait de nier l’existence du racisme est la face émergée du racisme. Quand un Noir ose crier qu’il en est victime, les soldats de la mauvaise foi et les Naïfs du Grand déni parlent sans détour d’exagération, voire de victimisation ou encore de « syndrome de persécution ». C’est un réflexe. C’est peut-être pour ça que Günter Wallraff a voulu se mettre dans la peau d’un Noir. Ça donne le documentaire Noir sur blanc : voyage en Allemagne de Pagonis Pagonakis et Susanne Jäger. Dans les années 80, Günter Wallraff a écrit Tête de Turc.

Album de famille

Jeudi, 21 Mars, 2013
Logo

Fadila Mehal réagit à la proposition « Médias-Culture » et évoque la commission « Images de la diversité »


Si on ne change pas le regard qui est porté sur les quartiers populaires et notamment sur les banlieues : on n’avancera pas. Parce que c'est dans la couverture médiatique qu'on construit finalement de l'inconscient collectif, des identifications aussi à la fois collectives et personnelles. Et donc il est très important que les médias jouent un rôle de premier ordre dans la revalorisation de l’image des quartiers.

 

Une Femme battante pour les femmes battues

Dimanche, 14 Octobre, 2012
Logo

La comédienne et femme battante Samia Orosemane soutient la proposition de la Fédération Nationale des Maisons Des Potes en faveur des femmes battues. Elle emploie son énergie débordante à colorer ce monde de son sourire et de son rire.


Elle court, Samia Orosemane, elle court, furtive est son ombre, l’humoriste glisse entre les doigts comme son sourire entre deux rires. Entre la Belgique, le Maroc et la Suisse, la Femme de Couleurs* m’accorde une entrevue. Trop courte, trop brève, tant il y a à raconter sur ce parcours de femme battante au sourire de femme bisounours, mais femme battue par les médias.

 

C’est décidé, je ne payerai pas de redevance T.V !!!

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

On a beau avoir plus de dix chaines, c’est toujours la même rengaine (protège ton secret, montre nous que tu sais chanter, mieux expose ta vie dans un reportage).

Lors des Solidays, j’ai pu rencontrer le groupe 1995. Persuadée de ne pas être la seule à trouver que le temps d’antenne n’est pas représentatif des catégories socioprofessionnelles, j’ai demandé à mes nouveaux « potos », ce qu’ils pensaient de notre proposition, taxer la redevance pour soutenir l’audiovisuel dans les quartiers.  Nekfeu me dit que lui a tout simplement décidé de « ne pas regarder la T.V. Je ne paie pas de redevance T.V. Je pense que la T.V est un moyen d’amadouer tout le monde.

Télévision : « Monsieur Différences » n’est pas Monsieur Miracle

Vendredi, 12 Octobre, 2012
Logo

Olivier Harland, le « Monsieur Différences » de France Télévisions, l’a constaté : l’industrie audiovisuelle évolue. A Cannes, au prime time, en coulisses, les initiatives pour rendre la télé plus diverse se multiplient. Lentement. Trop lentement…

La mission de « Monsieur Différences » du groupe France Télévisions ? « Réunir les différences à l’antenne ». Il y a deux écoles. La méthode anglaise consiste à montrer les différences… à minuit. L’autre est de dire qu’il n’y a pas de différences. Olivier Harland a opté pour : « les noyer dans les programmes ». Mais est-ce du bluff, du vent, de l’esbroufe ? Dans quelle mesure peut-on réellement parler d’évolution positive ?

 

Abracadabra la fée « télévision » transforme les pays du sud !

Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Après la religion, la télévision est en passe de devenir le vecteur d’influence le plus puissant au monde.

(source photo: jeuneafrik.com)

Depuis l’envoi de nombreux satellites de communication dans les années 90, la diffusion est devenue plus accessible. En Asie, en Afrique ou au Moyen- Orient, cela a apporté en premier lieu, la pluralité : la République Démocratique du Congo (RDC) compte 30 chaînes par exemple. Puis, la relative liberté comme chez Walf tv (au Sénégal) qui propose des débats politiques sans tabous et dénonce des scandales en tous genres malgré les menaces de coupures ou d’amendes.