Le Sujet Tabou


Lundi, 10 Mars, 2014
Logo

Ils ne veulent plus en parler. C'est d'ailleurs pour ça qu'ils avaient une petite réticence au début quand on leur a prononcé le mot « ... ». Au lycée Denis Papin, ça été vécu presque comme un traumatisme. « On ne veut plus de ça » répètent l'un après l'autre les professeurs en face de moi.

Ils sont une quinzaine. Il y a une heure que cette réunion a commencé. Mais c'est maintenant que les langues se délient : « L'autre fois, on n'a vraiment pas apprécié ». Ils se sont sentis blessés. Pire : arnaqués ! Depuis « nous sommes un peu méfiants avec les... » m'avoue le proviseur Monsieur Solmy, toujours d'un calme olympien avec moi mais que le sourire en coin dissimule mal la possibilité de la colère.

 

Mais que s'est-il passé ? De quoi parlez-vous ? « Au début, ils avaient l'air gentils. Comme vous ». Mais de qui parlez-vous ? « Ils sont venus, on leur a fait faire le tour du propriétaire. Comme vous. Ils avaient l'air emballés... ». Qui ? « Moi je m'en souviens, intervient un professeur juste à côté de moi, j'ai même dit une fois qu'ils sont partis : pour une fois je vais regarder la télé : j'ai prévenu tout le monde. On passe à la télé ! ». Ils sont une quinzaine. La plupart était là le jour des faits. Le jour où « ceux-là » sont venus...

 

Arnaquée. Spoliée. L'équipe du lycée professionnel de Denis Papin de La Courneuve a été trompée par une équipe de France 2. Ce jour-là, « la bouche en cœur, ils sont venus prendre des images », faire un reportage. Même leurs questions « n'avaient pas l'air orientés ». C'est pour dire. Puis, « quand c'est passé au journal, on n'a pas reconnu notre lycée ». Entre raccourcis et caricatures, les « journalistes » ont donné « une image erronée de notre lycée. Ils grossi les traits et ont balancé les racontages habituels qu'on sert aux cochons sur les lycées professionnels ». La honte. La pilule amère.

 

 

 

La rédaction

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.