Education-Reaction: L'Elite des Z.E.P


Vendredi, 18 Décembre, 2009
Logo

Comment "booster" l'emergeance des talents de nos quartiers populaires...? Réponse avec nos deux députés Delphine Batho et Aurélie Fillippetti

 


Nous voyons régulièrement les élèves issus des quartiers qui réussissent à rentrer dans les grandes écoles  être mis en avant. N’est ce pas l’arbre qui cache la forêt ?

Aurélie Fillipeti : (Embarrassée) Je trouve tout de même que c’est une bonne chose, que l’on puisse offrir des places aux jeunes issus des quartiers dans ces établissements d’excellence à travers des politiques volontaristes. Pour ce qui en est de l’élite c’est parfait mais il faut et aujourd’hui surtout, s’occuper des 190 000 élèves qui ressortent du système scolaire français sans même obtenir un diplôme ou une formation. Ceux sont ceux qui rencontrent les pires difficultés à trouver un boulot. Parce que ce sont eux qui sont en situation de déserance.

Jean Christophe Cambadelis : Oui bien sure,  il faut ouvrir le système, il faut permettre à qu’il y ai le plus grand nombre qui puisses y accéder sans pour autant abaisser le niveau. Il faut donc hisser le niveau des élèves qui n’accèdent pas à ces grandes écoles. A partir de là on pourrait considérer qu’il puisse y avoir plusieurs palier, comme des filières  préparatoires spécifiques…Parce qu’il n’y a aucune raison biologique ou neurologique justifiant que les jeunes parce qu’ils sont issus des banlieues ne puissent pas accéder aux grandes écoles. Donc tout cela est une question d’apprentissage, de formation, de milieu familial et je dirais même d’habitat. 

Damien Flament : Exactement, ça fait parti du concept de discrimination positive…On prend les meilleurs d’établissements dévastés socialement et auxquels on ne donne aucun moyen. On ne doit pas se satisfaire de la réussite de quelques uns, nous revendiquons la réussite de tous ! Etant donné que ce n’est pas une méthode universaliste je ne vois pas pourquoi le Parti Socialiste devrait s’allier à ce concept de discrimination positive

-La Rochelle-

suis tout a fait d'accord que c'est surtout aux autres qu'ils faut penser même si c'est bien que des gens puissent acceder ade hautes etudes ..mais qu'est ce ca a voir ac le ps?amities..

Je rejoins tout à fait Damien sur l'exigence d'une méthode universaliste. La "discrimination positive" et la politique de "diversité", ne sont que des gadgets servant à légitimer la discrimination tout court et les préjugés. Quand on parle de milieux défavorisés", il faudrait toujours remplacer "défavorisés" par "sacrifiés pour d'autres profits".

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.