Tulin Sen »

Tulin Sen


Ségrégation française vue par Didier Lapeyronnie

Mercredi, 1 Août, 2012
Logo

 

« La ségrégation sociale et raciale dans la Ville pour les gens c’est une manière de se mettre à distance des pauvres, des immigrés »...

Pourriez-vous nous expliquer l’état de la ségrégation sociale et raciale dans la ville et notamment au sein du logement social ?

Interview : Didier Lapeyronnie, « les institutions publiques ont souvent servi de vecteur d’intégration…. »

Lundi, 17 Août, 2009
Logo

Didier Lapeyronnie est professeur de Sociologie à l’Université Paris IV et Membre Associé au Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologiques (CADIS), il nous livre son sentiment  sur les emplois fermés. 


Tulin Sen : Le nombre d’emplois fermés aux étrangers ne cesse de croître et ce, depuis la fin du XIXe siècle. La conjoncture sociale pèse-t-elle essentiellement sur les décisions politiques en la matière ? Et quelle est globalement votre opinion à ce sujet ?

 

Interview : Didier Lapeyronnie « Le ghetto est à la fois une cage et un cocon… »

Lundi, 17 Août, 2009
Logo

Didier Lapeyronnie est également auteur et a notamment publié « Ghetto Urbain ». Il nous livre son analyse sur les phénomènes de ghettoïsation.

 

Tulin Sen : Dans votre dernier livre « Ghetto urbain, vous avez choisi un quartier de France pour y analyser précisément les logiques du ghetto. Comment faire pour éviter les choix imposés : se fondre dans le moule da la cité ou rester coincé entre son identité personnelle et celle assignée par le ghetto ?

Regards croisés et analyse sur les mouvements des enseignants-chercheurs

Lundi, 17 Août, 2009
Logo

 Pascal Boldini, Professeur Agrégé de Mathématiques en Sorbonne et Membre du Centre d’Analyses Mathématique et Sociale (EHESS), estime que la lutte continuera au niveau local sous la forme de la désobéissance et du refus d’entrer dans les schémas de mastérisation des concours. Razmig Keucheyan, Maître de Conférences à l’Université de Paris IV, pense que les effets puissants du mouvement universitaire ne disparaîtront pas…

 

Tulin Sen : Plusieurs mois de mobilisation, des universités bloquées, des manifestations dans toute la France,… diriez-vous que cette grève soit particulière vis-à-vis de celles des années passées ? Si oui, pourquoi ?

Pascal Boldini : Cette grève est particulière car ce sont les enseignants qui ont initié le mouvement.