Patrick D. »

Patrick D.


Kremlin Bicêtre : des HLM, sans Arabes ni Noirs...

Jeudi, 30 Janvier, 2014
Logo

Monsieur Mohamed BENOUDA, employé à l’OPHLM du Kremlin-Bicêtre jusqu’en juin 2003, avait constaté l’existence d’un fichage ethnique des demandeurs et des locataires des logements sociaux de cet organisme.

Le 12 avril 2006, SOS Racisme dépose plainte avec constitution de partie civile auprès du Juge d’instruction de Créteil. Un Huissier de justice est mandaté afin de faire constater ce fichage ethnique. Suite à cela, il ressort des deux procès-verbaux et de l’analyse des bases de données récupérées à l’OPHLM et à la mairie du Kremlin-Bicêtre un commencement de preuve de fichage ethnique et de discrimination raciale dans l’accès au parc locatif public de cette ville. En effet, les bases de données contiennent des codes en fonction de l’origine des postulants.

Thomas Cook : hôtels en Tunisie interdits aux Tunisiens !

Mardi, 21 Janvier, 2014
Logo

Les hôteliers, la société FRAM et la responsable de l’agence de voyage THOMAS COOK fermaient leur porte aux citoyens tunisiens, leurinterdisant de séjourner pour leurs vacances dans leur propre pays.

En mai 2007, Madame Bartman, de nationalité française, se rend avec son compagnon, Monsieur Jarboua, de nationalité tunisienne, dans une agence de voyage THOMAS COOK dans le but de procéder préparer leurs vacances d’été en Tunisie. Ils sont reçus par une employée de la société qui contacte le service de réservation de FRAM, organisateur de voyage, en se mettant sur haut-parleur téléphonique.

 

Cap d’Agde : le racisme mis à nu

Lundi, 20 Janvier, 2014
Logo

En mars 2001, répondant à une demande de réservation dans le Camping les chênes, Jean-Christophe Collin, propriétaire du camping, écrivait : « contrairement à la majorité de nos collègues nous continuons à accepter des groupes de jeunes, mais pas de « groupe composé de plus de 50% d’enfant de couleur afin d’éviter les clans. » En août 2003, le vice-président de SOS Racisme était alerté par un salarié travaillant dans le secteur de la location d’appartements et de chambres d’hôtels pour touristes que des discriminations étaient commanditées aux personnes chargées de réceptionner les appels des vacanciers ou de les accueillir à l’agence immobilière dans la commune du Cap d’Agde.

Sur ordre d'agences immobilières et d’hôtels, la responsable de la centrale de réservation de l’office du tourisme du Cap d’Agde donnait à ses employés une liste de 8 agences de la ville refusant catégoriquement de prendre les réservations des touristes aux « noms à consonance maghrébine ». Ces personnes sont alors dirigées vers d’autres agences immobilières « moins exigeantes ».

Tennis squash : «Personne de couleur impossible»

Vendredi, 10 Janvier, 2014
Logo

Monsieur Alain Bideault, dirigeant d’un établissement sportif, refusait de recruter une femme de ménage en raison de sa couleur de peau. La décision du tribunal sera sans équivoque : récidiviste en la matière, cet employeur écopera de la prison ferme.

Le 22 juin 1993, Madame Victoria Gomis est adressée par l’Agence Nationale pour l’Emploi à Monsieur Alain Bideault, dirigeant un établissement de Tennis-Squash. Celui-ci cherchait à recruter une femme de ménage. Le premier contact est froid, direct et rapide. La réponse est non.

 

Monsieur Bideault retourne le document à l’ANPE en mentionnant au bas du document la raison de ce refus catégorique: « PERSONNE DE COULEUR IMPOSSIBLE ».

Daytona : première victoire contre le fichage ethnique

Lundi, 6 Janvier, 2014
Logo

S pour sexe, O pour origine ethnique. Dans cette dernière colonne, le chiffre 1 renvoyait aux noms à consonance européenne. Le chiffre 2 correspondait aux noms à consonance maghrébine. Le chiffre 3 pour ceux d’origine africaine, et le chiffre 4 pour les hôtesses et les animateurs commerciaux asiatiques : tels étaient les critères d’embauche regroupés dans un fichier au sein de la société Daytona pour 5000 vacataires.

 

Au mois de septembre 2002, Madame Caroline Housset, directrice du département hôtesses, de la société Daytona, confie à M. Karim D., récemment recruté, la mission d’alimenter une base de données informatiques bien étrange.