L’union fait la force


Jeudi, 21 Mars, 2013
Logo

« Rétablir l'égalité de traitement reste pour nous le fil conducteur. »

 

Notre revendication de 30% de professeurs supplémentaires part de l'idée qu'il faudrait donner plus à ceux qui on moins mais en réalité elle ne permet de rétablir que l'égalité de traitement. Avec une hausse de 30% du nombre d’enseignants – passant ainsi de 30 à 20 élèves dans une classe de ZEP - on permettrait la réussite scolaire mais également une meilleure égalité de traitement. Selon les rapports de la cour des comptes on ne ferait que ramener le niveau de dépenses par élève de l'Etat et des collectivités au même niveau que celui investi dans les centres villes. Rétablir l'égalité de traitement reste pour nous le fil conducteur de l'ensemble des débats et des revendications que nous portons. Nous devrions préférer le terme « égalité de traitement » aux termes de « discrimination positive » ou « dispositif prioritaire » qui doivent être effacés de notre vocabulaire. Je souhaitais rappeler que cette revendication a été soutenue dans le Pote à Pote par Jean Marc Ayrault, par Aurélie Filippetti, par Delphine Batho ainsi que par de nombreux parlementaires avant les élections législatives. Nous avons donc au sommet de l'Etat des gens qui partagent notre revendication. Nous leur demandons ainsi de batailler dans l'hémicycle pour atteindre cet objectif afin de redéployer le personnel enseignant ou encadrant dans les établissements de ZEP. Nous savons qu’il y a des alliances à construire dans cette lutte. Sont présents aujourd’hui la FSU, la FCPE ainsi que l’UNSA. Nous avons besoin de travailler main dans la main avec les grandes organisations syndicales et de parents d'élèves. Nous ne pourrons peser dans ce combat que par la convergence des forces sociales pour amener le gouvernement et les pouvoirs publics à entendre cette revendication.

Samuel Thomas

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.