Sékou Touré : une grande figure africaine qui a séduit le monde


Vendredi, 23 Avril, 2010
Logo

A 37 ans, Sékou Touré est le plus jeune chef d’Etat au monde à la tête d’un Etat qui a fait le choix en faveur d’une orientation républicaine et démocratique.

 Au-delà de la Guinée, ce jeune président séduit vite l’Afrique et le monde par ses idées progressistes, panafricaines et révolutionnaires. Tyrannique pour certains, communiste, gauchiste, totalitaire, passionné ou charismatique, tout autant d’adjectifs qui qualifiaient ce fulgurant personnage de manière parfois excessive, qui malgré ses convictions politiques par moment contradictoires. Il n’était pas moins qu’un furieux guerrier bataillant pour le soulèvement de l’Afrique et sa renaissance post-colonialiste. Sékou Touré connaît une ascension politique hors norme : Successivement il passe de simple commis aux écritures à co-fondateur du Rassemblement démocratique africain. Par définition la synthèse intelligente entre la lutte syndicale et  la politique, il se voit propulsé au siège de Député à l’Assemblée Nationale Française en 1956. Puis il vit l’année de la consécration en 1958 en étant élu président de la République.

Deux mois plus tôt, Sékou Touré, en fin tacticien, affronte lors d’un duel verbal resté mémorable, le Général  De Gaulle, en s’opposant au projet de communauté franco-africaine. Radicalement divorcée de la France, la Guinée marque par le biais de son leader son attachement à l’émancipation, tant économique, sociale, qu’humaine de l’Afrique en ces temps où son « cœur noir » recommence à battre à travers les houles de la libération.

Fabuleux tyran en gants de velours, ou monstre guerrier victorieux pour l’indépendance, telles sont les deux personnalités qui s’entrelacent dans l’existence du « grand SYLI »

 

Gwennaêlle Dubois

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.