Maurice Audin »

Maurice Audin


Guerre d’Algérie : les justes contre la honte

Dimanche, 16 Décembre, 2012
Logo

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple,
l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple,
le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».
(Article 35 de la Constitution de 1793, dite « Montagnarde »)

C’est un pari audacieux que celui relevé par la fédération nationale des Maisons des potes, mercredi 12 décembre. A l’université Paris-8, elle a organisé une conférence-débat sur le thème « Guerre d’Algérie : les justes contre la honte », dressant un parallèle entre les Justes parmi les nations, désignant celles et ceux qui ont mis leur vie en danger pour sauver des juifs durant la deuxième guerre mondiale, et les combattants de la cause anti-coloniale durant la guerre d’Algérie.

Pierre Vidal-Naquet, historien militant, combattant du mensonge

Samedi, 13 Octobre, 2012
Logo

Il aura été l’un des instigateurs de la lutte contre la torture en Algérie, loin des grands discours sans fond, toujours preuve à l’appui... Parfois au péril de sa vie et très souvent au détriment de sa carrière. Son premier combat d’une longue série, celui qu’il mena pour la justice en pourfendeurs des falsifications de l’armée et de l’Etat.


 Pierre Vidal-Naquet on m’avait dit. Prrrrrrrrrr ? Inconnu au bataillon des militants de mon esprit. Alors, j’ai cherché, je me suis documentée et je suis tombée sur un de ses portraits réalisé par un universitaire de la faculté de Caen.

 

Le Moudjahid anticolonialiste

Samedi, 13 Octobre, 2012
Logo

Toute l’Affaire Audin…C’était donc pour lui ! Oui, mais pas que !


Maurice Audin était au commencement de la guerre d’Algérie un brillant assistant de mathématiques français à l’université d’Alger de 25 ans. Anticolonialiste convaincu, il militait au Parti communiste algérien.

 

Et c’est parce qu’il militait activement pour l’indépendance algérienne qu’il fut le 11 juin 1957 interpelé à son domicile puis porté disparu… Son corps ne sera jamais restitué à sa famille.