Saint-Etienne : une Maison des Potes construite par un autodidacte


Lundi, 14 Février, 2011
Logo

 

« C'est dans la vie active que j'ai rencontré l'associatif », avant, Hamza Ould-Mohamed était loin de tout ça. « Dans mon quartier La Romière - Le Bouchet, la seule asso, c'était le centre social, on n'entendait pas trop parler de ce que c'était une association ». C'est en bougeant au centre ville de Saint-Etienne qu'une vocation est née.


 « A la base, ma formation, c'est la comptabilité ». Mais très vite, Hamza se tourne vers l'animation, il veut toucher à tout ce qui tourne autour de l'aspect éducatif. Il veut lutter contre tout phénomène de ghetthoïsation. Pour ça, il enchaîne les BAFA et les autres formations qui mènent à la direction de centre d'animation. « J'ai toujours eu comme motivation l'envie de m'engager, exprimer à plus grande échelle mon dégoût de la ghetthoïsation ». Mais Hamza demeure positif et constructif : « Je veux travailler au sein d'une organisation, afin d'agir pour les jeunes, et faire connaitre et développer les cultures urbaines, toutes les cultures sorties de la rue". Ce jeune adulte est un enfant qui "a appris son savoir-faire dans la rue ».

 Pour la création de la Maison des Potes : « l'affaire suit son cour » confie-t-il. Pour sa motivation, son engagement, et ses qualités de meneur d'hommes, Hamza a été choisi pour mettre en place à Saint-Etienne une antenne locale de la Fédération Nationale des Maisons des Potes. De son côté, quand il a eu connaissance de l'existence des Maisons des Potes, de ses valeurs, et de ses champs d'action, Hamza a tout de suite dit : « oui! ». La Tournée de la Fédé ? Hamza a trouvé la démarche intéressante : « aller à la rencontre des jeunes, prendre la température, comparer les idées d'une ville à l'autre, c'est autant de points positifs qui permettent de poursuivre le combat ».

 

 dolpi

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.