Women’s Forum 2009 : (Re) prendre la main


Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Le Women’s Forum Global Meeting a tenu sa 5ème édition du 15 au 17 octobre dernier à Deauville. Cette rencontre, à l’initiative de Aude Zeinseniss de Thuin, présidente et fondatrice (voir interview ci-contre) réunit tous les ans, environ un millier de participants, venus de 75 pays, pour, selon les mots de la présidente, « évoquer les problèmes du moment » avec en guest star, cette année, une délégation du Moyen Orient après la Chine et l’Inde les deux années précédentes.

Les participants sont surtout des participantes car malgré la volonté des organisateurs la présence des hommes reste encore discrète.

Un programme ambitieux propose aux participantes, chefs d’entreprises, militantes des droits de l’homme, journalistes,… de s’attaquer à la crise et aux problématiques d’environnement. Cette année la conviction des organisateurs et d’une grande majorité d’intervenants est que les femmes sont particulièrement porteuses d’avenir et l’une des solutions à la crise.

Sur l’analyse de la crise, rien n’a été laissé de côté, dans les différentes plénières et ateliers : de la responsabilité des banques, à la question du rôle des institutions et des gouvernements en passant par la question de la création d’une instance internationale de régulation.

Un des thèmes récurrent de ce forum a également été l’influence positive des femmes dans les entreprises ou institutions où elles sont présentes. Ainsi, Michel Ferrary, professeur de gestion des ressources humaines au Ceram-ESC Lille, défend dans son livre, « CAC 40 : les entreprises féminisées résistent-elles mieux à la crise ? », l’idée que les entreprises dotées de direction féminisée résistent mieux à la crise. Christiane Delangle, Directrice Générale de la Générale d’Optique, envoyée par son entreprise propose une explication : « le fait d’être mère et de veiller à l’éducation des enfants amènent les femmes à se projeter plus loin». C’est également le point de vue d’Anne Lauvergeon, PDG d’Areva, qui fait un parallèle entre la crise et la vision court-termiste des hommes aux commandes de l’économie mondiale. Paulina Bozek, chargée du Développement chez l’éditeur de jeux vidéo Atari, avec son expérience, a une approche plus pragmatique de l’influence des femmes : « Atari avait besoin de recruter des femmes lorsqu’il s’est agit de prendre des parts dans le marché du jeu destiné aux femmes ».

Ce forum, malgré le risque de « vampirisation », par la présence de très nombreuses entreprises sponsors, est une vraie « respiration » pour les dirigeantes d’entreprises ,déjà installées, et qui en sont les locomotives comme pour les plus jeunes cadres, venues rêver d’un autre monde, sans oublier ces messieurs à qui ça fait le plus grand bien d’écouter pour une fois !

Bonjour,

Savez-vous quand aura lieu le prochain rassemblement "WOMEN'S FORUM FOR THE ECONOMY AND SOCIETY"?

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.