Italie : la dolce vita n’est pas pour les Roms


Dimanche, 6 Octobre, 2013
Logo

Ces dernières années, les immigrés et notamment les Roms, venus de l’Est ont subi de nombreuses attaques racistes sans que les autorités ne leurs viennent en aide... Bien au contraire.

 

 

Les Roms sont confrontés à des conditions de vie déplorable et à une ségrégation spatiale. Les immigrés font face à des traitements discriminatoires et violents qui sont très peu sanctionnés. Ainsi un groupe d’immigrants vivant dans une petite ville de Calabre en 2008 a été victime du groupe mafieux Ndrangheta. Ils se faisaient régulièrement tirer dessus et voler jusqu’à ce qu’ils se décident à porter plainte suite à des blessés graves. Cela n’a abouti qu’à des attaques encore plus violentes de la part du groupe mafieux mais en plus les citoyens se sont mis à les attaquer. Tout ce que la police a fait suite à cette escalade de violence envers ce groupe d’immigrés a été de les évacuer de la ville.

 

Les Roms sont également victimes de traitements inhumains. Par exemple en mai 2000 ,Paolo Frigerio, qui était alors maire de la ville de Cernusco sul Naviglio dans la province de Milan, déclarait publiquement qu’il donnerait environ 2600 euros ,venant des caisses de la Mairie, à chaque agriculteur qui vaporiserait de manière volontaire les Roms qui résidaient dans la ville. Il a expliqué son initiative en déclarant qu’ « un bain de fumier est la seule manière d’égaliser avec les Gitans, un acte de justice égale au fumier ils nous laissent quand ils déménagent».

 

Une situation effectivement horrible dans laquelle se retrouvent ces populations. Cela alarme les organisations internationales telles qu’Amnesty International qui est extrêmement inquiète du « climat de discrimination » qui se développe en Italie. La presse étrangère telle que la BBC parle d’une « vague raciste » qui est en pleine expansion. L’ONU et l’Union Européenne sont elles aussi perturbées par la situation dramatique à laquelle doivent faire face les populations immigrées et Roms qui vivent en Italie. Il y a deux ans, le Conseil de l’Europe et l’Organisation Internationale du Travail ont d’ailleurs interpellé le gouvernement italien sur la xénophobie et la discrimination subie par les travailleurs étrangers.

 

La situation demeure critique à cause du climat politique qui existe autour de la question de l’immigration .Cela provoque un durcissement des peines contre l’immigration clandestine, de la part du gouvernement, et des propagandes racistes et discriminantes à l’encontre des Roms et des Immigrés lors des campagnes électorales. Comme l’illustre le flyer de campagne de Umberto Bossi, leader de la ligue du nord, qui a été distribué lors des élections régionales : « Si vous ne voulez pas des gitans, des marocains et des autres délinquants dans vos maisons, soyez le maitre de votre propre maison en vivant dans une ville agréable et votez la ligue du Nord ».

 

On voit donc à quel point les immigrés et les roms subissent une hostilité vive et àdes conditions de vie critiques en Italie. Ce qui explique la mobilisation d’acteurs associatifs engagés dans la lutte contre les discriminations et le racisme tel que SOS Razzismo Sicilia.

 

 

Alexandrine Yala

 

 

Crédit photo : Thibault Roy ©Journal Europa

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.