Phillippe Poutou »

Phillippe Poutou


Sauvons la laicité par le savoir. La réponse de P. Poutou

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

On est d’accord avec cette idée. Derrière la défense de la laïcité, ce sont des gens qui forment, des programmes, cela veut dire qu’on donne des moyens pour qu’il puisse y avoir ça. Et ca permet aussi de pointer quelque chose d’anormal : que l’état finance des écoles privées, religieuses. Si celles-ci existent, elles doivent se démmerder pour avoir leurs propres moyens, car les moyens de l’état doivent servir à développer l’enseignement laïc, libre et gratuit pour tous.

Régularisons les travailleurs sans papiers. La réponse de P. Poutou

Samedi, 19 Mai, 2012
Logo

C’est une revendication qui nous tient à coeur, on est pour la régularisation de tous les sans papiers. Ca veut dire que l’on soutient tous ceux qui mènent des batailles là dessus, que l’on est profondément révoltés par tout ce qui se passe aujourd’hui et que c’est injustifiable. A partir du moment où il y a de toute façon dans le monde de la misère, de l’exploitation, du néo colonialisme, les populations des pays du sud se déplacent pour essayer de vivre et l’on est pour que ces gens soient accueillis, qu’ils puissent vivre dans de bonnes conditions, être soignés gratuitement comme un français et qu’ils aient accès au travail. Nous sommes donc évidemment pour l’égalité des droits et la régularisation complète de tous les sans papiers.

Assurons la sécurité des femmes victimes de violences. La réponse de P. Poutou

Samedi, 19 Mai, 2012
Logo

A chaque discussion, ça permet de discuter d’un service public qui permette d’assurer l’égalité d’accès pour tous, que ce soient les soins, et là on discute du droit des femmes. Il faut un service public de la petite enfance, il faut améliorer la condition de la femme, aller contre les violences, pour l’égalité des droits et donc développer un service public qui permette d’aider dans les cas les plus dramatiques. Ça posera la question de moyens supplémentaires pour aider ces institutions mais c’est urgent et incontournable pour qu’on arrive à construire une société égalitaire.

Brisons la loi du ghetto. La réponse de P. Poutou

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

On est d’accord avec cette proposition mais ça ne suffit pas. C’est à minima, parce que l’on sait que les préjugés, la discrimination, on ne la fera pas disparaître comme ça d’un claquement de doigts. Évidemment, il faut passer par un système où on anonymise tous les dossiers, mais il faut une totale transparence. Ca pose la question du service public du logement. Il faut que les salariés qui travaillent dans ce secteur puissent s’en mêler, ainsi que l’ensemble de la population.

Des productions audiovisuelles pour tous et par tous. La réponse de P. Poutou

Samedi, 19 Mai, 2012
Logo

Cette question pose aussi celle de la pluralité de la presse et des médias, puisque ceux-ci sont aujourd’hui entre les mains des capitalistes, plus ou moins gros. Mais on sait bien qu’il n’y a aucune pluralité, liberté d’expression dans le fond.

Cette question pose aussi celle de la pluralité de la presse et des médias, puisque ceux-ci sont aujourd’hui entre les mains des capitalistes, plus ou moins gros. Mais on sait bien qu’il n’y a aucune pluralité, liberté d’expression dans le fond. Donc, cela voudrait dire qu’à un niveau local, c’est dans les quartiers, les banlieues mais ce serait à poser aussi partout.

Assez d'éducation au rabais. La réponse de P. Poutou

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

Je ne sais pas si c’est une question de 30%, mais ce qui est sur, c’est qu’il faut donner des moyens supplémentaires à l’éducation nationale en général.

Je ne sais pas si c’est une question de 30%, mais ce qui est sur, c’est qu’il faut donner des moyens supplémentaires à l’éducation nationale en général.
Ce sont des questions qui doivent se poser par bahut ou par département. Les enseignants doivent fixer les moyens qui sont nécessaires à ce qu’il y ait une bonne éducation et que tout se passe bien.

Impliquons les entreprises dans la formation professionnelle. La réponse de P. Poutou

Lundi, 21 Mai, 2012
Logo

On est sur la même longueur d’onde. Il y a une discrimination énorme et qui doit s’aggraver. Moins les patrons proposent de boulot, plus ils licencient, et il y a une sélection qui se fait de plus en plus donc il faut trouver un moyen pour donner un boulot aux jeunes des quartiers pauvres.
Cela signifie imposer une transparence. Il faut que les associations mettent leur nez dedans. Pour commencer, il faut interdire les licenciements, par rapport à la jeunesse, pour qu’elle puisse vivre, qu’elle ait une allocation d’autonomie si elle n’a pas de boulot. Et défendre l’idée que l’apprentissage doit être payé intégralement.