Creil : Une élue, des jeunes et des sans-pap


Lundi, 14 Février, 2011
Logo

 

L'énergique Marine Barbette parle vite, très vite. On le lui dit souvent mais ça ne change rien : elle est montée sur du 10 000 volts. Mais ce qui l'intéresse, ce ne sont pas les étincelles, c'est agir pour les jeunes Creillois.


Cette élue jeunesse depuis 2008 n'est pas très politique à l'origine. « C'est un ami qui m'a fait rencontrer le maire adjoint. » Marine Barbette est connue pour ça : « J'aime me battre pour mes idées. »A 25 ans, cette éducatrice, a été à la tête de l'association Section H pendant autre ans : danse hip-hop, slam, graff. Depuis l'élection, elle se consacre à fond à cette jeunesse qu'elle connait : « Il y a un gros potentiel à Creil » assure-t-elle, « on ne peut pas laisser ces jeunes sans rien ».

Alors avec l'aide de l'association d'éducation populaire Léo Lagrange, ils ont organisé "Les Assises de la Jeunesse en juin 2009". Pour recueillir la parole des jeunes, « les débats étaient abordables » assure-t-elle. « On a parlé emploi, transports... » Ces assises ont abouti au CJC : le Conseil de la Jeunesse Creilloise, créé par les jeunes eux-mêmes le 19 mars 2010.

« Un projet phare a mobilisé cinquante-sept jeunes tous les dimanches pendant quatre heures tout l'été, de juin à septembre ». Objectif : le théâtre de La Faïence. Autour de l'humoriste Patson, l'énergique Marine Barbette et son équipe ont « produit un gros show » composé de comédie, de danses bollywood, capoéra, coupé-décallé... A noter qu'avec Patson, « le gros noyau est toujours en contact avec lui ». Ce qu'il avait fait à Epinay, puis à Creil, et bientôt à La Hay-aux-roses, a pour destination le Zénith de Paris. Histoire à suivre.

Pour l'heure, l'infatigable Marine Barbette se rappelle de la Tournée de l'Egalité organisée par la Fédération Nationale des Maisons des Potes. Avec l'ancien président Eric Montès, et avec d'autres élus de la ville, comme Eddy Beaubrun --- Marine Barbette a accueilli les marcheurs dans une salle de la Mairie de Nogent sur l'Oise. La principale thématique abordée portait sur la situation des travailleurs sans-papiers. « Aujourd'hui, ils sont 67 sans-papiers toujours à la bourse du travail... C'est compliqué de les aider : ça dépend du Préfet. En ce moment, ils vivent toujours dans des conditions de misère ».

 

 

dolpi

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.