SOS racisme Italie : Appel


Lundi, 1 Février, 2016
Logo

Pendant l’année 2014, 3.550  immigrés se sont  noyés dans la mer Méditerranéenne  mais, depuis  1988, le nombre de  victimes  s’élève  à  22.000.


Durant les  6 premiers  mois de l’année  2015, le nombre de victime atteint  2.000. Notre mer est devenue un cimetière à ciel ouvert, tout le temps franchi par des réfugiés et migrants en fuite de l’Afrique sub-saharienne  et du  Moyen Orient par les côtes de l’Afrique du Nord.

 

Des personnes qui  s’enfuit, terrifiées par la guerre, les persécutions ethniques et religieuses, mais aussi  des migrants poussés par la misère sans  aucun  espoir pour eux même  et leurs enfants.

 

Pour échapper à  leurs pays, Mali, Niger, Yémen, Soudan, Syrie, Iraq, Afghanistan, ils sont forcés de payer des trafiquants. Une fois arrivés en Libye, Tunisie, Egypte, Turquie, ils doivent payer à nouveau les bateliers. Donc leurs familles sont forcées à emprunter. Plusieurs meurent dans le désert avant d’atteindre la mer. Les   violences  et les  viols à leur encontre  sont également  très fréquents. 

 

D’un point de vue  humain, ces personnes-là ont le droit de demander  asile ou une protection internationale, mais le règlement de Dublin ne leur donne pas la possibilité de le faire  car cela est valable  seulement si on est déjà en Europe.

 

Aujourd’hui  l’UE se préoccupe plus de faire garder ses frontières  que de sauver des vies humaines : le problème est comment se partager les futures réfugiés entre les différents pays en rejetant tout court les immigrés économiques.

 

Nous savons bien qu’il est impossible d’arrêter cet’ exode biblique. L’Europe ne peut pas, ou ne le veut, fournir  des réponses efficaces et réalistes, dans le respect des Droit de l’Homme et des migrants.

 

Au même moment que L’UE traite du problème, sans aucune attention et respect pour les morts, nôtre conscience antiraciste, ne peut pas accepter l’idée de sacrifier  des milliers de vies humaines par   cette indifférence au nom de la sécurité des frontières et des citoyens européens. Il faut changer le règlement de Dublin, sauver la vie de ces désespérés, et organiser des couloirs humanitaires, dans des Pays qui garantissent  le respect des droits humains. 

 

Nous, militants dans  la société civile, appelons tous les 28 pays de l l’E.U. à donner une réponse prompte, unitaire et efficace à cette urgence, en accueillant les réfugiés.

 

 

Sos Racisme Puglia  Italie.


Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.