Les Catholiques croates ne veulent pas d’éducation sexuelle


Mardi, 8 Octobre, 2013
Logo

Craignant qu’elle ne pervertisse la jeunesse de son pays, l’Eglise catholique croate a réussi à suspendre l’enseignement de l’éducation sexuelle à l’école. La Croatie est devenue le 1er juillet, le 28éme état membre de l’Union européenne. Cette adhésion ne plait pas à tout le monde dans ce pays de l’ex-Yougoslavie et notamment au sein du clergé qui possède une très forte influence dans le pays qui compte plus de 86% de catholique au sein de sa population, selon Croatie.eu. L’église catholique considère que l’Europe va faire perdre ses valeurs et ses traditions à la population locale.

 

Une menace pour la paix

 

Le 22 mai 2013, la Cour Constitutionnelle de Croatie a décidé de suspendre les nouveaux cours d’éducation sexuelle prévus à la rentrée par le gouvernement suite à une plainte de Grozd, une association conservatrice de parents d’élèves. Une nouvelle victoire pour l’Eglise catholique qui participait à ce combat aux côtés de Grozd (le groupe en français). La Cour constitutionnelle a dénoncé un « vice de forme » au programme en reprochant au gouvernement de ne pas avoir consulté au préalable les parents. Ladislav Ilcic, le chef de Grozd était très satisfait de la décision de la cour : « Ce programme viole le droit des parents de décider de l’éducation qu’ils veulent donner à leurs enfants, cela viole un droit de l’Homme fondamental, celui de penser différemment. » a-t-il déclaré à l’AFP.

 

« Une propagande homosexuelle », c’est de cette façon que le clergé croate considère le programme des cours d’éducation sexuelle qui devait entrer en vigueur en septembre prochain dans les collèges et lycées croates. Il s’agissait de 3 à 4 heures de cours par an sur des sujets comme la contraception, les maladies sexuellement transmissibles, la masturbation et l’homosexualité. Les tracts que distribuait l’Eglise dans tous les pays à l’attention des parents d’élèves étaient très claire : « Cela ne vous gêne-t-il pas que vos enfants apprennent qu’une relation homosexuelle est aussi naturelle qu’une relation entre un homme et une femme ? » Selon l’AFP, Josip Bozanic, l’archevêque de Zagreb a même jugé que le programme des cours d’éducation sexuelle menaçait la paix dans le pays.

 

En janvier dernier, le théologien Adalbert Rebic avait déclaré, selon le quotidien Novi List, que le programme d’éducation sexuelle faisait rentrer la Croatie dans un cercle vicieux et destructeur : « La Croatie est en train de rejoindre le complot mondial des pédés, des homos et des gouines qui s’efforcent d’imposer les opinions d’une minorité à tous les autres en menaçant ainsi la société de sombrer dans la déchéance. »

 

Un précédent programme d’un autre siècle

 

Le site Euractiv.com explique qu’il existait déjà un cours d’éducation sexuelle dans les collèges et lycée croate mais qu’on y enseignait que la seule façon de se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles était l’abstinence car les préservatifs ne le permettaient pas et qu’une famille était plus forte si la mère restait à la maison. Le précédent gouvernement conservateur de la Croatie, très proche du clergé, avait été obligé de créer ce module pour être en règle avec la charte sociale européenne.

 

En 2007, le Centre international pour la protection juridique des droits de l’Homme, le Centre pour les droits reproductifs et le Centre pour l’éducation avaient porté plainte devant le Comité européen des droits sociaux qui veille à ce que la charte sociale européenne soit respectée. Ce comité avait condamné le programme d’éducation sexuelle croate en 2009 : il lui reprochait de ne pas permettre la compréhension de leur sexualité aux enfants et aux jeunes.

 

Le Premier ministre, Zoran Milanovic a déclaré qu’il acceptait la décision de la Cour

Constitutionnelle de suspendre les cours d’éducation sexuelle mais il a dénoncé le comportement des opposants qui mènent selon lui, une guerre culturelle à travers le pays.

 

Julien Grégoire

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.