Il faut établir l'égalité républicaine


Lundi, 16 Avril, 2012
Logo

Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de Gauche (PG) représentera le Front de Gauche aux élections législatives à Paris. Il nous confie ici son accord et sa volonté de soutenir, de faire aboutir notre revendication sur l’éducation (30% de personnel en plus dans les établissements scolaires en ZEP.

 

 

Comme candidat aux élections législatives pour représenter le Front de Gauche dans la 8e circonscription de Paris, je suis d’accord avec la proposition de 30 % de professeurs en plus dans les ZEP. Je connais bien cette réalité car je suis moi-même enseignant en Lycée professionnel depuis près de 20 ans et j’ai longtemps enseigné en ZEP en Seine-Saint-Denis, notamment lorsque j’ai débuté ma carrière.

Arrêter l’hypocrisie

Oui, il faut mettre des moyens financiers supplémentaires dans ces zones et dans ces établissements, d’abord tout simplement pour établir, dans l’Education nationale, l’égalité républicaine auxquels ont droit tous les enfants de la République sans exception. Actuellement, la réalité n’est pas celle-là. L’hypocrisie doit cesser. Qui sait vraiment que, contrairement aux idées reçues, les établissements en ZEP coûtent actuellement 30 % moins cher à l’Etat que ceux qui sont situés dans les centres villes ou les quartiers privilégiés. Pourquoi ? Simple, dans les ZEP, les enseignants majoritairement débutants sont mécaniquement moins payés que ceux qui ont plus d’années d’ancienneté et donc d’expérience.

Sinistre paradoxe.

La lutte contre les inégalités sociales et territoriales doit donc être une priorité. Cela passe par des moyens humains supplémentaires, à commencer bien entendu par plus d’enseignants, mais aussi des conseillers principaux d’éducation, des personnels santé et sociaux, des conseillers d’orientation psychologues, etc. sans quoi, rien n’est possible. Un gouvernement du Front de Gauche engagera sitôt élu un plan de recrutement dans l’Education nationale sous statut de la fonction publique d’Etat et rétablira notamment tous les postes supprimés, intégrant également un plan de lutte contre la précarité dans l’Education Nationale.

Mais, je serai direct, nous mettrons aussi fin au dispositif dit de « discrimination positive » et d’individualisation de la réussite qui vise à «exfiltrer» quelques élèves jugés méritants. Cette méthode n’est pas la bonne Nous faisons le pari inverse, celui de favoriser l’attractivité de ces établissements par la mise en œuvre d’options y compris rares et «prestigieuses», par le rétablissement de la carte scolaire accompagné d’organisations urbaines et d’habitat favorisant la mixité sociale.

Ni sanctuaire isolé du savoir, ni reflet pur et simple de la société, l’Ecole s’inscrit dans les rapports sociaux contradictoires. Elle doit aider le jeune à s’intégrer dans la société en même temps qu’elle doit lui donner les moyens de l’émancipation des tutelles et des oppressions, d’où l’apprentissage de la citoyenneté à l’école. Ne soyons pas naïfs. Cette œuvre ne se construit pas dans le meilleur des mondes. La liberté, l’égalité, la fraternité ne surgissent pas mécaniquement des rapports humains. Nous les avons décrétées règles communes. Il reste à les construire chaque jour contre les nombreux déterminismes qui fonctionnent spontanément à leur encontre.

« Ce qui constitue la vraie démocratie, ce n’est pas de reconnaître des égaux, mais d’en faire » disait Léon Gambetta. Cette ambition est hors de portée sans moyens conséquents supplémentaires dans l’Education nationale et particulièrement  dans les établissements les plus en difficulté. C’est l’engagement du Front de Gauche et de tous ses candidats.

 

Alexis Corbière

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.