Le rapport de la Fédération Nationale des Maisons des Potes (FNMDP) sur le fichage ethnique dénonce


Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Le 4 Novembre 2009, Samuel Thomas, président de la Fédération Nationale Des Maisons des Potes et néanmoins vice-président de SOS Racisme, a rendu un rapport à Patrick Karam, délégué interministériel pour l’égalité des chances des français d’Outre mer, relatif au fichage ethnique. Ce rapport pointe du doigt les pratiques consistant à classer les personnes selon des catégories ethno raciales.

(source photo: afrik.com)

Aujourd’hui encore des entreprises, des agences d’intérim, mais également certaines agences immobilières et organismes HLM, classent les individus selon leurs origines. Cela peut ne pas paraître choquant et de nombreux partisans de la diversité ont d’ailleurs défendu ce procédé, pourtant de nombreuses pratiques discriminatoires en découlent. En effet, suite à une telle classification, il est plus facile de mettre en place un traitement spécifique défavorable lors de la conclusion de bail, ou pour l’obtention d’un emploi selon l’origine de chacun.

 

Adecco, Air France, Disney, Logirep... sur la sellette

Le rapport vient rappeler que le fichage ethno-racial est un délit pénal et cela depuis 1978. Ce n’est pourtant que tout récemment avec la condamnation de la société DAYTONA par la Cour d’Appel de Versailles, le 17 juin 2009, que cette loi a eu enfin une application jurisprudentielle. Pourtant la liste est longue de ceux qui se sont servis du fichage ethnique pour discriminer : Adecco, Air France, Euro Disney, Logirep, Métropole Habitat, … autant de grandes entreprises que le rapport épingle.

 

Pour la première fois, SOS Racisme et la FNDMP peuvent bénéficier, via Patrick KARAM, du soutien, des autorités publiques pour lutter contre ces pratiques déviantes. Contraire au principe d’égalité, source d’exclusion et d’humiliation supplémentaire pour des populations bien souvent laissées à l’abandon, le fichage ethnique doit être puni de façon systématique par les tribunaux. Ce n’est que devant des sanctions exemplaires que ceux qui discriminent aujourd’hui renonceront à discriminer demain.

 

Les autorités publiques défaillantes

Devant le scandale de ces procédés racistes, il est anormal de ne pas constater une plus grande collaboration des autorités publiques. Trop souvent, les principes fondamentaux de notre société sont sacrifiés devant des enjeux économiques. Le soi disant pays des Droits de l’Homme a encore beaucoup à faire en 2009 pour que son appellation n’apparaisse plus comme une vaste fumisterie. Et comme le disait Aimé Césaire : « Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. »

 

 


Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.