Le CV anonyme au banc d’essai


Lundi, 16 Novembre, 2009
Logo

Véritable fléau social, la discrimination à l’embauche a la peau dure. Et si le remède résidait dans l’anonymat des candidatures ? L’Etat semble vouloir y croire.

Sensation : début novembre, le commissaire à la diversité et à l’égalité des chances, Yazid Sabeg, va expérimenter le CV anonyme dans plusieurs entreprises françaises. Douze cabinets de recrutement de l’association « A Compétence Egale », impliquée dans la promotion de la diversité, ont répondu à l’appel. C’est aussi le cas de l’agence d’emploi Adecco et du groupe hôtelier Accor. L’opération, qui doit durer six mois, sera lancée notamment en Seine-Saint-Denis, à Paris, dans le Nord et les Bouches-du-Rhône.

Mais les critiques fusent déjà chez les futurs testeurs. Les uns s’inquiètent du coût du traitement et des lourdeurs informatiques. Les autres soulignent que le CV anonyme ne permet pas d’éviter le risque de discrimination lors de l’étape ultérieure, à savoir l’entretien. «Si cela permet de franchir le premier tri des candidatures, c’est déjà pas mal», positive Robert Moskovits, patron du cabinet Feature DDC et membre de « A Compétence Egale ». Selon le dirigeant, qui y a recours depuis deux ans dans sa société, « Sur un CV anonyme, le recruteur ne se concentre que sur l’essentiel : les compétences et l’expérience du postulant ». Même avis chez Axa France, qui, depuis 2005, sélectionne des commerciaux via un CV anonyme sur internet. « Nous en recevons 16 000 par an et 20 % de nos commerciaux sont recrutés par cette voie », affirme Catherine Helaiem, chef de projet diversité et égalité pour la compagnie d’assurances. Avec la conviction « de recevoir plus de candidats issus de l’immigration ». Le test le vérifiera.

 


Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.