Le retour du Maurassisme


Lundi, 15 Août, 2011
Logo

 

Pour Faouzi Lamdaoui, élu municipal d'Argenteuil dans le Val d'Oise, combattre l'extrême droite ne se résume pas ) combattre le FN. Il dénonce la frange de la droite républicaine qui s'est laissée envahir par la xénophobie. 


Le Sarkozysme s’est toujours affirmé comme une volonté de puissance publique, dirigiste et sécuritaire, moteur de l’ultralibéralisme économique, avec un patronat de droit divin, dans une société de contrôle et de surveillance. Cette idéologie marque un retour historique, au sommet de l’Etat, du nationalisme maurrassien, protectionniste et xénophobe. Les déclarations intempestives, les coups d’éclat médiatiques, les effets d’annonce ne sont que des écrans de fumée, des mises en scène de diversion. Les libertés individuelles et collectives sont méthodiquement grignotées par des mesures limitatives qui vident, de leur substance, les droits fondamentaux des citoyens. Les passages en force législatifs, les coups de boutoir dans le socle constitutionnel, les tours de vis répressifs s’inscrivent, en réalité, dans une stratégie préméditée de dénaturation des institutions républicaines et de délaïcisation de la société.

Dès décembre 2007, dans son discours de Latran à Rome, Nicolas Sarkozy annonce la couleur en proclamant : « L’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ». Il porte, ainsi le coup de sabre contre les lois sur la laïcité, impose sa nou- velle doctrine de « préférence religieuse » et plante les jalons d’un néo-concordat. Ce prosélytisme officiel ne manque aucune occasion symbolique pour rappeler les racines chrétiennes de la civilisation française, remettre en cause la liberté de croyance et réduire davantage le champ d’application de la laïcité. En mars 2011, au Puy-en-Velay, sur le chemin de Saint-Jacques de Compos- telle, Nicolas Sarkozy réendosse l’armure de croisade, s’accapare de valeurs chrétiennes indépendantes de ses prérogatives et se fait solennellement le porte-parole du conservatisme le plus rétrograde.

Malgré les dégâts sociaux provoqués par le funeste débat sur « l’’identité nationale », le Sarkozysme récidive et rallume la mèche de la guerre des religions avec un nouveau débat sur la place de l’’Islam dans la société française où le dénigrement des pratiques cultuelles de cette religion universelle touche à l’ignominie. Faut-il rappeler que l’’Islam est présent en France, certes de manière minoritaire, depuis le VIIIè siècle et qu’il y était déjà la deuxième religion dès le dix- neuvième siècle ? Faut-il rappeler que la langue française contient plus de dix mille mots d’origine arabe ? Il suffit de relire, à ce propos, Alphonse de Lamartine, Ernest Renan, Gustave Lebon et bien d’autres écrivains classiques.

Dans le discours de Grenoble, s’attaquant de front à un principe inaliénable de la République, l’article 2 de la constitution, qui stipule : « La France est une République indivisible, laïque, démocratique, et sociale, qui assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion, et qui respecte toutes les croyances », Nicolas Sarkozy invente une nouvelle catégorie de citoyens, « les français d’origine étrangère » qu’il criminalise a priori et sanctionne de déchéance de la nationalité. Il institue, par ailleurs, un délit collectif d’appartenance ethnique, propre aux régimes totalitaire, mis aussitôt en pratique par les expulsions massives des Roms. Ce programme est d’une cohérence évidente. La politique dite d’intégration obéit à la même logique qui s’inspire étrangement de l’esprit colonial. Il s’agit, en vérité, d’une fabrique de sous-citoyens, des indigènes de l’intérieur, soumis à tous les devoirs, exclus de certains droits.

Alors que toutes les études statistiques s’accordent sur la stabilisation des flux migratoires depuis les années quatre-vingt, le Sakozysme institutionnalise la xénophobie en stigmatisant les immigrés pour ancrer son idéologie sécuritaire dans les couches populaires frappées de plein fouet par la crise économique.

 

 

Faouzi Lamdaoui Adjoint au Maire d’Argenteuil

 


Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.