Slimane Tirera : Promouvoir l’égalité, comme en 1983


Lundi, 1 Février, 2016
Logo

Slimane Tirera est coordinateur du réseau des Maisons des Potes. Depuis 4 ans, il visite une à une les associations de quartier pour ré-initier le débat sur la lutte pour l’égalité contre le racisme. Une relève par rapport à la marche de 1983 méconnue des nouvelles générations.


Je me suis engagé à faire la marche pour l’Égalité de 2013 pour aller à la rencontre des associatifs et du terrain. Tout cela en vue de voir un peu ce qui se passe sur le terrain. L’heure est grave, parce qu’en fait, il n’y a pas eu de transmission de la marche de 83 contre le racisme et pour l’égalité. 

 

Un devoir de mémoire

 

Dans beaucoup des étapes par lesquelles nous sommes passés, nous avons dû informer certaines personnes qu’il y a eu une marche en 83 : il y a encore besoin qu’on informe, puisque même dans les manuels d’Histoire, il n’y a même pas dans les nouveaux mouvements sociaux la marche pour l’égalité et contre le racisme. 

 

Notre génération, ces jeunes nés après 1983, découvre parfois avec stupeur cet évènement. Si l’on n’a pas de parents engagé, d’encarté, ou si l’on ne fait pas la démarche de chercher l’histoire des mouvements de défense des immigrés, on n’est pas au courant. 

 

Depuis 2010 avec la Fédération des Maisons des Potes, nous avons pris l’initiative de faire, comme en 1983, un tour de France. Les débats que nous menons poussent la jeunesse des quartiers populaires à s’intéresser à cette lutte, et ils découvrent quels en sont les tenants et aboutissants. 

 

On est venu, parce que des gens qui ont marché à l’époque, malgré les divergences d’opinions, qui sont rompus à la lutte pour l’égalité et contre le racisme, nous ont exprimé le sentiment qu’ils avaient de devoir transmettre le combat aux jeunes générations. 

 

Dépasser les divergences 

 

Le deuxième point, c’est aussi les associations au niveau local. Elles ont un rôle à jouer. Le milieu associatif des quartiers populaires du nord au sud, de l’est à l’ouest est isolé par le manque de moyens et par beaucoup de choses, de sectarisme parfois aussi, parce qu’il y en a qui ne veulent pas travailler avec les uns, pas avec les autres. 

 

La démarche de la fédération nationale des Maisons des potes et des Maisons des potes, c’est justement d’accueillir, toutes ces luttes, de tous les horizons du monde antiraciste… Que l’on soit militant pour les droits des LGBT, militant antiraciste ou militant «laïcard», on se bat pour l’égalité et du coup, tous ces militants qui veulent lutter contre les discriminations et le racisme, nous, voulons les rassembler pour pouvoir faire quelque chose de constructif à l’avenir. 

 

Et du coup, la Maison des potes quand on explique dans chaque tour, c’est de pouvoir promouvoir cette unité et ce rassemblement qui manque tant dans les quartiers en ce moment. Je pense qu’on est davantage divisé en 2013 qu’en 83.. .

 

 

Slimane Tirera


Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.