Mosquée de Libourne : attentat raciste


Vendredi, 20 Décembre, 2013
Logo

Le lendemain de l’Aïd al-Fitr, jour de fête qui célèbre la fin du Ramadan pour les musulmans, un homme a projeté un cocktail molotov sur la mosquée de Libourne. Cet acte s’est produit dans la nuit du 20 au 21 aout 2012.

Avec ces méthodes digne d’un commando terroriste, le milicien d’extrême droite pouvait espérer de gros dégâts matériels, voire pire. Pourtant, les traces sur le mur témoignent que le début d’incendie a rapidement été maîtrisé grâce aux soldats du feu, arrivés immédiatement sur les lieux.

 

Malgré des dégâts apparemment peu importants, les actes discriminatoires contre des symboles des religions musulmane ou juive ne sont pas rares. Profanations de cimetières ou de bâtiments de culte, sont malheureusement trop répandus. Ces actes, visant à terroriser une population sujette à la haine raciste, doivent être jugés sévèrement et condamnés, parce qu’impunis, ils banalisent la violence.

 

En août 2013, un militaire de 23 ans a été arrêté sur sa base aérienne de Lyon Mont Verdun par la police. Il aurait eu pour plan, selon les enquêteurs, de tirer sur la mosquée de Vénissieux dans la banlieue de Lyon. L’homme a été arrêté avant de récidiver. C’est au cours de sa garde à vue, qu’il a reconnu être l’auteur du jet du cocktail molotov contre la porte de la mosquée de Libourne en août 2012. La Maison des Potes - Maison de l’Égalité a porté plainte à la suite de ces aveux pour dégradation de biens à caractère raciste.

 

Au cours de l’enquête les tendances d’extrême droite du suspect se sont révélées. Sa sympathie avec l’idéologue fasciste Dominique Venner a été mise à jour. Ce dernier est tristement connu pour avoir mis en scène son suicide par pistolet automatique dans la cathédrale Notre Dame de Paris, à la suite de l’adoption du Mariage Pour Tous. La profanation de la mosquée de Libourne aurait pu susciter de la haine mais le contraire s’est produit. Le membre du conseil d’administration de l’Association des musulmans de Libourne (AML) et conseiller municipal dans la majorité de gauche a déclaré: « Nous maintenons de bonnes relations avec les Libournais. Cet acte nous conforte dans notre attitude », ajoute-t-il.

 

La Rédaction

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.