Assurons une Education Populaire efficace et pérenne. La réponse de F. Hollande


Lundi, 23 Avril, 2012
Logo

« Les associations permettent de porter des actions collectives, de répondre à des besoins. Elles doivent être soutenues pour les projets qu’elles mènent mais aussi parce qu'elles sont des acteurs indispensables au vivre ensemble, à la démocratie et à la construction d’une citoyenneté active.

 

 

 

" Les associations permettent de porter des actions collectives, de répondre à des besoins. Elles doivent être soutenues pour les projets qu’elles mènent mais aussi parce qu'elles sont des acteurs indispensables au vivre ensemble, à la démocratie et à la construction d’une citoyenneté active. Sur le fait de trouver une ressource nouvelle pour le fond de développement de la vie associative. Oui, faut-il encore être sûr que cette ressource va être pérenne. La Maison des potes évoque la taxe sur les jeux de hasard, c’est de toutes façons une taxe qu’il faudra bien prendre et affecter. Il y aura donc des moyens à donner, mais pas à toutes les associations indifféremment. Il faut des critères, une volonté d’être efficace là où il y a le plus de besoins. Toujours avoir cette logique de sélectivité et d’engagement dans les quartiers les plus populaires.

 

Je veux établir pour les associations une véritable contractualisation en consolidant des financements pluriannuels, respectueux des initiatives associatives ; et en ne limitant pas leur financement aux appels d'offres. L’expérience et les compétences du mouvement associatif, dans le domaine de l’éducation populaire notamment, devront être valorisées par des concertations aux niveaux national et local, pour préparer l’action publique dans ces domaines.

 

Sur le ministère, je ne suis pas convaincu par un ministère de l’éducation populaire. Il doit y avoir un grand ministère de l’éducation et de la jeunesse au sein duquel il y aura une dimension éducation populaire. Je ne crois pas qu’il faille multiplier les ministères parce que je crois qu’on a besoin au contraire d’une force qui soit cohérente, qui mêle éducation, activités extra scolaires et politique de la jeunesse.

 

Sur la titularisation, je ne suis pas non plus convaincu. Je ne crois pas qu’il y ait besoin de  l’éducation populaire. L’action associative a ses valeurs, sa portée, mais il ne faut pas non plus qu’elle soit dans la précarité. Mieux vaut sécuriser les financements que de vouloir créer des postes de fonctionnaires qui seraient mis à disposition des associations.

 

Enfin sur les emplois d’avenir qui ont été proposés par le parti socialiste qui reprennent les emplois jeunes de Lionel Jospin. Je pense qu’ils avaient répondu à l’époque à une vraie préoccupation avec toujours le souci de la pérennité. Moi je suis pour des emplois d’avenir qui soient concentrés dans les quartiers populaires. Les 150.000 emplois d’avenir qui seront créés seront prioritairement des emplois associatifs et participeront ainsi au soutien de ces structures. D’ailleurs ce n’est pas une politique simplement pour les associations. C’est une politique qui doit être pour les jeunes qui sont dans ces quartiers éloignés de l’emploi même quelquefois très éloignés et à qui, grâce aux associations, on va redonner une formation, une qualification, une utilité, une fierté d’être au travail."

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.