Un discours vrai


Lundi, 15 Août, 2011
Logo

 

Bally Bagayoko, vice président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, pense que la lutte contre l'extrême droite passe par la justice sociale. Il affiche un soutien indéfectible aux associations. 


Sera crédible sur les questions de justice sociale, le candidat qui sera en capacité d’’avoir un discours vrai, un discours réel, qui sera en capacité de prouver par des actes concrets, qui saura s’’inscrire dans un planning réalisable et une traduction financière plausible. Aussi dans cet exercice, malgré la nouvelle séduction du FN, qui prend des odeurs et une présentation différentes à travers la fille Le Pen, à travers le fait que le FN surfe sur tous les sujets de société, je suis sans réserve, assuré que ce parti, ne peut porter un discours crédible sur les questions de justice sociale. Il ne peut le porter car de manière génétique, il porte dans son mode de pensée et de vision de la société, la division des peuples, la peur, la haine de l’’autre.

 

La diversité et la richesse culturelle que comporte la France, doit, si les politiques savent l’’écouter être une force qui peut broyer la machine nauséabonde du FN par la force populaire. Cette force populaire, nichée dans de nombreuses associations de quartiers (c’’est ce que je connais le mieux), associée à un portage de l’’ensemble des forces de gauche, qui sur ce sujet spécifique, doit s’’avoir s’’unir pour redonner de l’’espoir dans une véritable volonté et possibilité de stopper l’’hémorragie FN, par la transformation de la société. En conclusion, le crédit pour un discours vrai sur les questions de justice sociale est davantage porté par les associations, que malheureusement les politiques de droite, sans aucun doute, mais la gauche doit s’’améliorer sur le sujet. Car l’’opinion publique a du mal à faire la différence dans ce domaine entre la droite et la gauche.

 

Les classes populaires, des quartiers populaires restent les premières victimes du racisme. Mais depuis quelques années, il semble que certains dans ces couches populaires sont frappés par la vague du FN. La non traduction de véritable politique éman- cipatrice, de liberté et d’’égalité à gauche a renvoyé certains dans l’’abstention pour ceux qui gardent encore un espoir finalement, voire vers le FN pour ceux qui veulent envoyer un message plus sévère à gauche ou à droite (centre), ou qui adhèrent finalement à la thèse du FN, qui consiste à dire et penser que l’’autre est le problème. Ce qui rend les choses plus complexes est que d’’années en années, d’’élection en élection, le score réservé au FN ne cesse de grimper. Comme dans les années 80, lorsque SOS racisme a été créé pour tenter de stopper la progression du FN, qui dans la même période a continué à progresser.

 

Les médias jouent un rôle majeur dans la parole des quartiers populaires, malheureusement trop souvent présentés sous l’’angle de bêtes sauvages, plus vendeur. Ces médias puissants, lorsqu’’ils se trompent de combat, réalisent de véritables catastrophes dans l’’opinion publique en participant de fait, pour certains à cette industrie de lepénisation des esprits et des pensées.




Bally Bagayoko, Vice président de la Seine Saint Denis



Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.