Saul Alinsky : de l’organisation à l’action


Lundi, 26 Décembre, 2011
Logo

 

Chantre de l’organisation communautaire, Saul Alinsky rêvait de rendre leur pouvoir aux gens. Pour se saisir de ce pouvoir, qu’une seule méthode : l’organisation. Une mise en action moderne du vieil adage : l’union fait la force.


D’après Saul Alinsky, un fondateur de la conception de l’organisation de communauté aux Etats-Unis, le pouvoir prend deux formes : les gens et l’argent. L’organisation de la communauté, qui a pour but de réunir et d’organiser les gens d’une communauté pour ensuite faire changer leurs conditions de vie, exige d’abord le pouvoir des gens. Ce pouvoir est à la base de toute organisation de communauté. Cependant, le pouvoir de l’argent est souvent utile, voire nécessaire, et les organisateurs de communauté comme Saul Alinsky nous montrent comment se débrouiller avec ou sans ce pouvoir d’argent.

 

Boycott et sit-in

 

Sans argent, les possibilités sont un peu limitées. Avec les bénévoles et une direction organisée, on peut quand même utiliser les tactiques suggérées par Saul Alinsky, comme le boycott, le sit-in, la menace d’une tactique ou d’autres pratiques créatives qui n’ont besoin que du pouvoir des gens. Pour que ces tactiques marchent, il faut avoir une communauté et une direction qui sont assez dévouées à la cause pour beaucoup travailler sans être remboursées. Un moyen de s’assurer de cela, c’est d’unir l’organisation sous un idéologie plus importante que l’individu. Un autre, c’est de penser que les victoires et un nouveau sens de puissance vont persuader des gens de continuer avec l’organisation. Dans l’organisation de communauté, il faut d’abord établir une communauté puissante et assurée ; sans cette fondation, l’argent n’est rien. Mais avec ce réseau des gens, l’argent peut répandre l’influence et la puissance de l’organisation.

 

Avec de l’argent, on peut être plus ambitieux. On peut financer les tactiques, comme transporter les gens à un boycott ou à un sit-in devant la maison d’un employeur. On peut organiser des évènements. Avec l’argent, on peut payer les leaders et les organisateurs de la communauté, ce qui assure une direction bien organisée et donc bien efficace. La plupart des organisations de communauté aujourd’hui reconnaissent l’importance de l’argent ; le problème est de l’obtenir.

 

Cotisations et subventions

 

Alors comment trouver de l’argent pour une organisation de communauté ? La réponse évidente mais importante est qu’on doit chercher cet argent. L’organisation de communauté doit s’organiser pour faire une collecte de fonds, pour solliciter une cotisation de chaque membre, pour chercher des subventions. Un auteur et organisateur de communauté souligne qu’une organisation est un investissement ; si les gens paient même une petite cotisation, ils vont être plus investis et donc plus dévoués à l’organisation et à la communauté.

 

Dans cette économie, il pourrait sembler impossible de trouver de l’argent pour une organisation communautaire, mais il ne faut pas abandonner l’idée d’organisation. Il faut chercher activement cet argent de sources variées, tout en se souvenant que le pouvoir des gens peut aussi se débrouiller sans beaucoup d’argent. L’organisation crée d’abord un pouvoir important, un pouvoir pour effectuer les changements, après quoi le pouvoir d’argent pourrait être utile.

 

Christine Long

 

________________________________________________________________________________________________________________________

 

Trajectoire d'un super Héros de l'émancipation

 

30 juin 1909 naissance de Saul David Alinsky à Chicago, USA.

Activités dynamiseur d’action collective, et écrivain.

Dans les années 1930 Alinsky organise le quartier « Back of the Yards » de Chicago.

En 1950 il se tourne vers les ghettos afro-américains de Chicago.

En 1971 Il écrit Rules for Radicals traduit en français par Manuel de l'animateur social.

Il a dit « Le Prince a été écrit par Machiavel pour les nantis sur la façon de détenir le pouvoir.

Le Rules for Radicals est écrit pour les plus démunis sur la façon de l'emporter.»

Sa méthode inspira de nombreuses formations de dynamiseurs citoyens aux États-Unis.

Il forma nombre d'entre eux dans l'IAF (Industrials Areas Foundation) qui enseigne la manière dont le conflit peut être source d'empowerment.

L’empowerment, terme anglais traduit par autonomisation ou capacitation, est la prise en charge de l'individu par lui-même, de sa destinée économique, professionnelle, familiale et sociale.

12 juin 1979 il décède à Carmel, Californie, USA.

César Chávez, le syndicaliste paysan chicano, a été un de ses élèves.

 

dolpi

 


Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.