Interview de Frédéric Hocquart, élu à l’hôtel de ville de paris


Lundi, 1 Février, 2016
Logo

A l’occasion du 30éme anniversaire de SOS racisme, la fédération nationale des Maison des potes  a organisé le 8 juillet dernier  une soirée  anniversaire avec les militants et  militantes qui ont créé le mouvement des potes et qui ont organisé le concert du 15 juin  1985. 

Pote à pote : quel souvenir tu as des années 80-90 ? 

 

J’étai lycéen quand SOS a été lancé, je m’en rappelle car un ami  un jour est venu me voir et m’a dit : «  tu connais le mouvement touche pas à mon pote ?  » J’avais ma petite idée car j’ai vu ce qui c’était passé à la télévision à l’émission de 7 sur 7, en plus tout le monde en parlait. Un mercredi après-midi mon copain me propose d’aller voir ça de plus près, c’est ainsi qu’on est allé dans un local qui était en fait un appartement  transformé en local  militant  à rue Martel ou il y-avait pleins de lycéens entassés dans une pièce autour d’un homme qui parlait de racisme et c’est ainsi que je me suis retrouvé dans ce militantisme en février ou mars 85. Tous ces gens-là préparaient un concert contre le racisme, je me suis senti concerné par cette cause et  j’ai commencé à distribué ces tracts, des badges et des affiches. Je fréquentais le lycée Montaigne au 6éme arrondissement, nous n’avions pas vraiment de problèmes de racisme, on ne le côtoyait pas, mais cela ne nous a pas empêché de militer car tout le monde peut et doit lutter contre le racisme pas simplement par ce qu’on en a été  victime, mais simplement en solidarité avec les gens qui en ont étaient victimes. L’antiracisme est une valeur qui doit être connue. Après tout est devenu compliqué, la société s’est radicalisé et les gens se sont ligués les uns contre les autres, les promesses de la gauche n’ont pas été  tenus la dessus. Mais ce moment reste un moment fort, un moment qui a marqué la société  car il a était affirmé par la jeunesse. Après il y –a- eu des tensions à partir des années 90.

 

Pote à pote : quel message voulez-vous transmettre à la jeune génération sur l’antiracisme, qu’est ce qu’ils doivent  faire ? 

 

Fréderic Hocquart : Aujourd’hui le racisme prend une forme différente, car on ne peut pas simplement dire « touche pas à mon pote ! »  C’est important de dire qu’il faut aller au-delà, car des questions sociales plus importantes s’imposent. Les discriminations  sociales et spatiales sont plus fortes en réalité, les gens sont plus marque dans des endroits plus que d’autres, ya moins d‘endroits de mélange mais ce n’est pas pour autant qu’il faut abandonner car une république métissé  et diverse c’est la force de notre société. Tant qu’on n’aura pas intégré cette réalité le combat devra se poursuivre, c’est ce message que la jeunesse devrait porter.    

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.