logement »

logement


Brisons la loi du ghetto. La réponse de P. Poutou

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

On est d’accord avec cette proposition mais ça ne suffit pas. C’est à minima, parce que l’on sait que les préjugés, la discrimination, on ne la fera pas disparaître comme ça d’un claquement de doigts. Évidemment, il faut passer par un système où on anonymise tous les dossiers, mais il faut une totale transparence. Ca pose la question du service public du logement. Il faut que les salariés qui travaillent dans ce secteur puissent s’en mêler, ainsi que l’ensemble de la population.

Brisons la loi du ghetto. La réponse de N. Arthaud

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

Je suis pour la lutte contre la discrimination au logement. Je ne sais pas si le simple anonymat pourra faire sauter ce verrou parce qu’éffectivement il est aussi sur le terrain social et donc sur les fiches de paye.

Je suis pour la lutte contre la discrimination au logement. Je ne sais pas si le simple anonymat pourra faire sauter ce verrou parce qu’éffectivement il est aussi sur le terrain social et donc sur les fiches de paye. Je ne suis pas sure que le simple anonymat empêchera ça. Mais tout ce qui peut aller dans le sens de la lutte contre cette injustice criante et de l’exercice du racisme ordinaire, nous somme pour. Mais sur le logement, le problème c’est aussi de construire massivement les logements qui manquent il faut que tout le monde y ait accès.

Brisons la loi du ghetto. La réponse de F. Bayrou

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

Je suis très attaché à la mixité dans les zones urbaines sensibles, seule à même de restaurer le « vivre ensemble » dans nos villes et nos villages. Cette question est centrale et le socle de toute politique qui vise à combler la fracture territoriale et sociale. La loi SRU doit être appliquée. Dans les zones de tension, des préfets « logement et cohésion sociale » seront nommés. Ils seront chargés de résoudre les problèmes d’urbanisme qui gênent la construction de nouveaux logements et pourront, si nécessaire, délivrer les permis de construire en lieu et place des élus qui ne respecteraient pas la loi. Le taux de logements sociaux, dans ces zones de tension, passera à 25 %. Je souhaite aussi faciliter l’accès de tous au parc privé par une mutuelle pour le logement qui prendra en charge les cautions.

Brisons la loi du ghetto. La réponse de J-L Mélenchon

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

Le FG est favorable à cette proposition nécessaire pour garantir l'égalité de traitement des dossiers et donc des personnes en dehors de toute discrimination et clientélisme.

Le FG est favorable à cette proposition nécessaire pour garantir l'égalité de traitement des dossiers et donc des personnes en dehors de toute discrimination et clientélisme. Mais cela n'est pas suffisant. L’écueil est aussi celui de la rareté. Nous engagerons un plan d'urgence national pluriannuel de construction de 200 000 logements par an pendant 5 ans avec un volet spécifique de logements étudiants et jeunes. Nous ferons du logement un droit et une priorité absolue. Le logement locatif social sera reconnu comme le logement universel accessible à toutes et tous.

Brisons la loi du ghetto. La réponse d'Eva Joly

Dimanche, 20 Mai, 2012
Logo

Le rêve français pour moi, c’est celui de la passion de l’égalité. C’est pourquoi je me sens tellement française, parce que toute ma vie j’ai poursuivi cet idéal d’égalité et de justice.
Pourtant, sous mes yeux, j’ai vu notre pays reculer, se résigner, voire renoncer. Trop souvent, nous avons renoncé face à cette promesse.

Le rêve français pour moi, c’est celui de la passion de l’égalité. C’est pourquoi je me sens tellement française, parce que toute ma vie j’ai poursuivi cet idéal d’égalité et de justice.
Pourtant, sous mes yeux, j’ai vu notre pays reculer, se résigner, voire renoncer. Trop souvent, nous avons renoncé face à cette promesse.
Au pays de l’égalité, ce sont les inégalités et les discriminations qui

Brisons la loi du ghetto. La réponse de F. Hollande.

Lundi, 30 Avril, 2012
Logo

Ce sont dans les quartiers où il y a déjà beaucoup d'enfants d'immigrés qu'on remet des familles qui sont arrivées depuis peu sur notre territoire. C'est toujours vers les mêmes villes que l'on fait porter l'essentiel des sacrifices et des efforts. Pourquoi cette fatalité?

Il est impératif qu’un effort de transparence des procédures d’attribution des logements sociaux soit accompli. Je demanderai aux bailleurs sociaux et aux collectivités territoriales de permettre à chaque demandeur de savoir où en est sa demande sur la liste d’attente, où en est l’avancement de son dossier et quels sont les critères d’attribution. Cette meilleure lisibilité et transparence des critères permettra à chacun de s’assurer que les attributions sont justes. Je ferai également prévaloir la mixité sociale, et je porterai de 20 % à 25 % les obligations de construire des logements sociaux des communes. Et celles qui s’y refusent verront leurs pénalités multipliées par cinq. C’est la loi, et ce sera une loi renforcée encore après le mois de mai !

Brisons la loi du ghetto. La réponse de N. Sarkozy.

Lundi, 30 Avril, 2012
Logo

Il existe d’ores et déjà des mécanismes permettant de lutter contre les discriminations dans l’accès au logement.

 

 

 

 

 

Il existe d’ores et déjà des mécanismes permettant de lutter contre les discriminations dans l’accès au logement.

Les pratiques discriminatoires sont passibles de poursuites et c’est notamment pour rendre cette possibilité plus effective que Nicolas Sarkozy a souhaité la création du Défenseur des droits en 2011, qui peut être saisi de difficultés d’accès au logement fondées sur l’origine ethnique.

Brisons la loi du ghetto.

Lundi, 30 Avril, 2012
Logo

INTERPELLATION

Soumia Zahir, élue municipale et administratrice à l’OPH d’Aubervilliers

Je suis élue à la ville d’Aubervilliers. Nous avons créé en mai 2008 un plan local de prévention et de lutte contre les discriminations sur plusieurs thématiques dont, ce qui nous semblait également prioritaire, l’accès au logement. Dès le mois de juillet 2008, nous avons créé une commission de désignation au sein de la ville d’Aubervilliers, dont la nouveauté est de présenter les candidats au logement de manière anonyme, tout simplement pour prévenir les discriminations, bien entendu liées à l’origine, mais également les questions de clientélisme. L’anonymisation au niveau des désignations également au niveau des attributions, des bailleurs est notre prochain projet au niveau de l’OPH d’Aubervilliers. Cela nous semble vraiment important pour garantir une égalité réelle des droits et de traitement à l’accès au logement. Cette égalité peut devenir une réalité localement, mais comment la généraliser ?

PROPOSITION

Brisons la loi du ghetto.

Bon nombre d’organismes HLM sélectionnent les locataires en fonction de leurs origines et procèdent même à des fichages ethniques pour procéder à des "dosages" ou à des regroupements communautaires. Ces pratiques discriminatoires perdurent du fait d’un sentiment d’impunité au regard du faible nombre de plaintes qui aboutissent à des sanctions significatives. Pour un accès égalitaire au logement social nous réclamons : l’anonymisation des demandes de logement social.

Survivre : Parcours de combattante

Lundi, 15 Novembre, 2010
Logo

 

La violence conjugale n'est pas anodine. Le témoignage de Marie* décrit ses méfaits au quotidien, surtout sur les enfants. Sa logique implacable plonge souvent des familles monoparentales dans la précarité, faute de soutien des pouvoirs publics. Ce témoignage démonte surtout les mécanismes d'une violence insidieuse, silencieuse, dont il est difficile à rendre compte dans toute son ampleur.


Je l'ai rencontré en 2007. Ça a été de suite une passion, on était tout le temps ensemble. Huit mois plus tard, je suis tombée enceinte et on a décidé de garder le bébé. A ce moment-là, j'étais entre deux chaises, je pensais à le quitter parce qu’il y avait certaines choses qui m'interpelaient. J'étais autonome, j'avais un travail, je gagnais 2 000 € par mois. Lui ne travaillait pas. J’ai emménagé chez lui et là ça a commencé, des relations de couple dans la brutalité totale.

HLM de Saint-Etienne

Lundi, 15 Février, 2010
Logo

Dans le cadre de la procédure lancée par SOS Racisme, l'office HLM Métropole Habitat a été , de nouveau, entendu par le tribunal d'instance, cette fois-ci, pour préjudice.


Le mercredi 2 décembre,  le tribunal d’instance de Saint Etienne a étudié la demande de Yamina qui réclamait réparation du préjudice de discrimination et de fichage ethnique à l’OPAC de St Etienne, dit METROPOLE HABITAT. En effet, de 1998 à 2005, l’OPAC de St Etienne a procédé à un fichage ethnique en enregistrant dans une grille de peuplement l’origine des titulaires de bail d’un logement social ainsi que des demandeurs.