immigration »

immigration


Espagne : où travaillent les immigrés ?

Lundi, 11 Novembre, 2013
Logo

En Espagne, il existe un certain nombre d’emplois qui s’offrent aux personnes étrangères. Ces postes doivent être caractérisés par l’impossibilité de trouver des personnes correspondantes au profil recherché sur le marché espagnol.

 

Le contingent de travailleurs étrangers non communautaires lors de la période 2002-2008 atteint un total de 98 604 postes à caractère stable. Les Communautés autonomes avec une plus grande concentration du contingent de travail stable en 2008 sont la Catalogne et Madrid.

 

Allemagne : le 1er pays d’immigration ne sait pas ouvrir son marché aux étrangers…

Jeudi, 7 Novembre, 2013
Logo

 

L’Allemagne est le 1er pays d’accueil d’Europe. Paradoxalement son marché du travail reste fermé aux étrangers.

 

L’Allemagne est un pays d’immigration. Le premier en Europe. « A la fin des années 1980 et sur une bonne partie de la décennie 1990, l’Allemagne est devenue le second principal pays d’immigration de l’OCDE ». L’Organisation de Coopération et de Développements Economiques, c’est tout l’occident Europe-Etats-Unis, du Japon à la Turquie en passant par le Mexique ou la Nouvelle-Zélande. De tout ça, l’Allemagne est la 2ème, la 2ème terre d’accueil des pays industrialisés juste après les Etats-Unis !

Derniers arrivés, derniers servis

Mercredi, 2 Octobre, 2013
Logo

 

La qualité du logement social se révèle un formidable instrument de mesure dans la lutte contre les discriminations ethniques, selon à qui il est destiné, comment il est attribué et surtout si l’offre en est suffisante. En Europe, ce sont 25 millions de familles qui en dépendent. Toutes ne sont pas logées à la même enseigne.

 

Les syndicats face aux patrons

Vendredi, 27 Septembre, 2013
Logo

 

Pour Joseph Burnotte, responsable « lutte contre les discriminations et la diversité » CEPAG-FGTB en Belgique, les syndicats doivent se renforcer pour lutter contre le racisme et les discriminations dans le monde du travail.

Les outils législatifs européens ont des limites importantes parce qu’ils sont inscrits dans une économie capitaliste. Les lois ont un certain effet pédagogique sur les gens qui veulent avancer et lutter mais elles ratent une partie de leurs objectifs car les politiques européennes en termes de migration sont basées sur la répression et sur la stigmatisation de l’étranger.

 

Allemagne, quel droit à la nationalité ?

Vendredi, 20 Septembre, 2013
Logo

En Allemagne, avec la loi du 22 Juillet 1913, c’était le droit du sang qui prévalait. Depuis 2000, sous l’influence des Verts allemands, dirigés par Cem Ozdemir, le droit du sol a fait son apparition. Les naturalisations des ressorstissants étrangers ont été permises sous réserve de renoncer à leur nationalité d’origine.

 

La loi de 1913 basait la nationalité allemande sur plusieurs critères, à savoir : l’appartenance au « peuple » allemand, l’appartenance linguistique, l’adhésion aux valeurs allemandes. Selon ce principe, toute personne ayant au moins un parent allemand pouvait acquérir la nationalité par la naissance, ceci indépendamment de son lieu de naissance.

 

En Espagne : préférence latino

Vendredi, 20 Septembre, 2013
Logo

Le temps de résidence exigé pour la naturalisation est, en règle générale de 10 ans.

Cependant, ils existent des exceptions déterminées. Les demandeurs d’asile politique doivent vivre en Espagne depuis au moins 5 ans pour obtenir la nationalité, quand seulement 2 ans sont nécessaires pour les natifs des pays latino-américains, d’Andorre, des Philippines, de la GuinéeÉquatoriale et du Portugal.

 

Des points pour être britanniques

Jeudi, 19 Septembre, 2013
Logo

En Grande-Bretagne, pour accéder à la nationalité il faut « gagner des points ». Avec le Borders, Citzenship and immigration Act, voté en 2009 par le Parlement britannique, les immigrés doivent faire face à un système de point qui se base sur les compétences, le travail et leurs connaissances pour devenir citoyens britanniques.


Le système des points britanniques pas clairement défini et il reste flou car les critères exacts sont encore obscurs. Si l’argent apporté lors de l’installation, le parcours professionnel et le volontariat sont autant d’éléments qui permettent de gagner des points, d’autres critères peuvent causer leur perte. L’un des exemples le plus frappant est que les candidats qui se présentent pour la nationalité britannique peuvent être rayés de la liste s’ils font preuve de « mauvais comportements » tel que manifester.

Naturalisations

Jeudi, 19 Septembre, 2013
Logo

En France, si on dénombre 3 714 500 étrangers en 2008, on compte également 4 959 000 immigrés.

Une partie des immigrés est ainsi intégrée à la population nationale par des demandes de naturalisations dans différents pays d’Europe. Les critères d’acquisition de la nationalité varient selon les Etats et évoluent pour faciliter l’acquisition. En Italie, le 4 Août 2012, le nombre d’années exigées pour une naturalisation est passé de 10 à 5 ans. En Allemagne, ce n’est qu’à partir de 2000 que l’accès à la nationalité a été accordé aux enfants d’immigrés nés outre-Rhin.

Hongrie : la peur de l’autre

Mercredi, 18 Septembre, 2013
Logo

Avec 198 000 étrangers dans un pays de 10 millions d’habitants, la Hongrie est loin d’être un pays d’immigration massive. Cela n’empêche pas l’extrême droite de faire des immigrés les boucs émissaires de la crise pour accroitre leur influence.

La Hongrie compte environ 10 millions  d’habitants et s’est ouvert à l’immigration internationale à la faveur du changement systémique en 1989. Le 21 décembre 2007, la Hongrie a rejoint l’espace Schengen. Mais même s’il ya eu certains développements positifs dans les domaines de la rétention et de l’accès au marché du travail, la directive d’accueil n’a pas encore été entièrement transposée dans la législation nationale. En conséquence, de nombreuses dispositions actuelles du droit d’asile ne répondent pas encore aux normes minimales requises par la directive de l’UE.

Cauchemar grec pour les sans papiers mineurs

Lundi, 16 Septembre, 2013
Logo

Parmi les migrants retenus contre leur volonté dans une Grèce devenue la zone tampon de l’Europe forteresse, une catégorie se révèle particulièrement précaire : celle des enfants non accompagnés.


Ce pays qui ne devait être qu’un point de passage vers l’eldorado européen est devenu pour beaucoup une prison à ciel ouvert. Si peu partagent la langue ou le pays d’origine, tous ont en commun d’être venus sans parents, souvent dans l’idée de rejoindre des proches en Europe. Arrêtés par la police après une périlleuse traversée de la frontière gréco-turque, les migrants mineurs isolés sont ensuite relâchés – la loi grecque interdisant les expulsions de mineurs non accompagnés de leur famille – ou envoyés dans des structures d’accueil.